“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La Société monégasque d’assainissement fête ses 80 ans d'existence avec le princ...

Cette association lance un appel à souscription pour financer un livre sur les p...

PHOTOS. Voici les plus beaux palaces flottants récompensés au gala inaugural du ...

La 14e édition de La Nuit du pays mentonnais aura lieu samedi 29 septembre.	(Archives L. B.)

Des anciennes voitures sportives réunies pour une balade touristique

La classe de CP de Fanny Gorgol a reçu la visite du maire, Patrick Césari.

235 dictionnaires offerts aux élèves de CP et CM2

Inondations : des erreurs

Mis à jour le 03/03/2016 à 05:16 Publié le 03/03/2016 à 05:16
Cinq mois après la nuit d'enfer qui a coûté la vie à trois de ses pensionnaires, Le Clos Saint-Grégoire, au cœur de l'enquête de la gendarmerie, garde ses portes closes.

Cinq mois après la nuit d'enfer qui a coûté la vie à trois de ses pensionnaires, Le Clos Saint-Grégoire, au cœur de l'enquête de la gendarmerie, garde ses portes closes. Franz Chavaroche

Inondations : des erreurs

La justice enquête sur les circonstances qui ont conduit à trois décès dans la maison de retraite de Biot, le 3 octobre 2015. Plusieurs plaintes ont été déposées. Une instruction va être ouverte

Et si les éléments naturels déchaînés n'étaient pas seuls en cause ? Et si des erreurs ou négligences humaines, à divers degrés, avaient contribué au terrible bilan des intempéries qui ont endeuillé la Côte d'Azur dans la nuit des 3 au 4 octobre 2015 ?

Cinq mois après cette nuit funeste qui a coûté la vie à vingt personnes, laissé 60 000 Azuréens et 1100 entreprises sinistrés, ces questions continuent de hanter les rescapés. L'alerte orange a-t-elle été sous-estimée ? Les mécanismes d'alerte ont-ils failli ? L'urbanisation galopante a-t-elle gêné l'évacuation des eaux ? De Mandelieu à Biot, de Cannes à Antibes, supputations et rumeurs ne cessent d'alimenter les conversations sur ce drame sans précédent.

Les lieux passés au crible

Ces questions, la justice se les pose forcément aussi. Tout particulièrement à Biot, où trois pensionnaires de la maison...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct