“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le nouveau commandant de gendarmerie Nicolas Tasset a pris ses fonctions à Mento...

Comment Monaco entend se positionner sur le marché des séniors

"L'Or des Pharaons" se classe en seconde position des expositions les plus visit...

Ce vendredi, un dernier adieu sera adressé au père Gay dans sa paroisse de Cap-d...

A 90 ans, elle attend 3 jours à l'hôpital avec une fracture

Ils ont photographié les profondeurs de la mer

Mis à jour le 24/09/2017 à 20:44 Publié le 24/09/2017 à 20:55
À l'heure des préparatifs du matériel, pas le droit à l'erreur avant de descendre sous l'eau.

À l'heure des préparatifs du matériel, pas le droit à l'erreur avant de descendre sous l'eau. Jean-François Ottonello

Ils ont photographié les profondeurs de la mer

À l'occasion de la quatorzième édition du concours de photographie sous-marine, une quinzaine d'équipes ont plongé, samedi, entre le Cap Estel et l'épave du Toulonnais

Temps maussade. Mais eau à 21 degrés. Une compensation pour les quinze équipes de photographes-plongeurs qui ont pris part, samedi matin, au quatorzième concours de photographie sous-marine, organisé par le club d'exploration sous-marine de Monaco.

Partis de Fontvieille à 8 heures, les participants venus de la région ont découvert leur terrain de jeu sur le bateau.

Le premier site, au droit du Cap Estel à Èze. Le second, l'épave du Toulonnais, immergé au pied du Musée océanographique.

Deux fois 90 minutes sous l'eau pour capter l'ambiance, les poissons qui l'habitent et réaliser quelques clichés en macro.

« Les sites sont dévoilés le jour même, les participants se préparent quelques jours à l'avance et le travail se fait toujours à deux. Il y a le photographe et son binôme recherche les meilleurs spots à photographier, sert parfois de modèle et gère l'aspect sécurité », détaille Pascal Parry, vice-président du club.

Cette année, pas de plongée dans la réserve du Larvotto, d'ordinaire prisée pour les photos, car le chantier voisin de l'extension en mer ne garantissait pas une clarté optimale de l'eau. Pour le reste, la donne demeure.

Chaque équipe devait rendre quatre clichés numériques (deux d'ambiance, un d'un poisson et une macrophotographie) au jury composé de professionnels de l'image et de la plongée. Jury qui devait, hier soir, délibérer et déterminer le palmarès annoncé ce matin au Musée océanographique.

« Je suis toujours émerveillé »

« Au départ c'était un concours local. Au fil des années, les concurrents de divers horizons ont été séduits par ce rendez-vous, sa bonne ambiance, et la possibilité de se retrouver à Monaco pour la fin de la saison des championnats. Les meilleurs d'Europe sont passés par ici, c'est un site incontournable », continue Pascal Parry.

« Je suis toujours émerveillé par le site », confirme Philippe Lecomte, venu de Hyères dans le Var et qui a déjà participé une dizaine de fois au concours.

« On est toujours surpris parce que l'on peut croiser dans l'eau », renchérit Guy Spadacini. Ce dernier fait partie d'une des deux équipes en compétition du club d'exploration sous-marine de Monaco. Une satisfaction pour le président du club, Roger Mullot, depuis 2002. Un club créé dans les années cinquante, par le commandant Cousteau.

Au cours des plongées, hier, les équipes ont également remonté plusieurs déchets trouvés dans l'eau.

La suite du direct