“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Studios de la Victorine, budget de la Sécu, arrivée de l'automne: voici votre br...

Ces passionnés ont remis à flot des navires à l'abandon

Zéro déchet en cuisine, opération de police d'envergure, tribune contre les viol...

L'attaquant italien Pellegri a joué 45 minutes face à Hyères.

Monaco II toujours sans succès Cannes : vite fait, bien fait

Trott'N'Roll : une journée orangée contre le cancer

Il appelle aux dons pour planter 200 citronniers sur les hauteurs de Super Garavan

Mis à jour le 04/10/2016 à 05:13 Publié le 04/10/2016 à 09:00
Le père d'Adrien, Laurent Gannac, possède déjà 250 citronniers. C'est grâce à lui que le Mentonnais  de 25 ans a acquis un savoir-faire qui lui sera bien utile pour sa future exploitation.

Le père d'Adrien, Laurent Gannac, possède déjà 250 citronniers. C'est grâce à lui que le Mentonnais de 25 ans a acquis un savoir-faire qui lui sera bien utile pour sa future exploitation. Photo Cyril Dodergny

Il appelle aux dons pour planter 200 citronniers sur les hauteurs de Super Garavan

Sur une plateforme de financement collaboratif, Adrien Gannac, un Mentonnais de 25 ans, invite des donateurs à soutenir son projet d'agrumiculture. Projet ambitieux passionné…

Les citrons, il est né dedans. Le nez toujours fourré contre son écorce d'un jaune vif parfumé. Toujours dans les pattes de son père paysagiste et pépiniériste, Laurent, pour chouchouter le fruit d'or et le récolter. «Il a planté son tout premier citronnier en 1991, l'année où je suis né», se souvient Adrien Gannac, lunettes rondes et barbe de trois jours.

Sur son temps libre, ce Mentonnais de 25 ans a longtemps épaulé son paternel dans sa passion débordante d'agrumiculteur, «pour quelques sous». Aujourd'hui, le «petit» Gannac veut faire son nid. Reprendre le flambeau et pérenniser l'héritage familial.

«Mon père vivait...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct