“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Vous cherchez du travail? Voici un des secteurs qui recrute le plus dans la régi...

Contrôles routiers, OGC Nice contre Montpellier, prolonger les vacances: voici v...

Avec les animaux, les cirques vont dans le mur

Sur scène cet été à Bangkok en Thaïlande, où la troupe s'est produite pour la première fois à l'occasion d'une tournée en Asie.	(DR)

Les Petits chanteurs reprennent du service

Rencontre musicale à ne pas manquer aujourd'hui

Habitants, route, travaux, calendrier... On fait le point sur la situation 5 mois après l'éboulement de Sospel

Mis à jour le 11/09/2018 à 16:30 Publié le 11/09/2018 à 15:31
Vue plongeante sur le barrage naturel au pied du glissement de terrain, lequel a isolé les hameaux de Béroulf et Sainte-Sabine.

Vue plongeante sur le barrage naturel au pied du glissement de terrain, lequel a isolé les hameaux de Béroulf et Sainte-Sabine. Photo J. A

Habitants, route, travaux, calendrier... On fait le point sur la situation 5 mois après l'éboulement de Sospel

Le maire de Sospel, Marie-Christine Thouret revient sur l’état du versant en cours d’études et les travaux du barrage naturel. Car depuis le 14 avril quarante-cinq habitants se retrouvent isolés.

Entre exaspération chez les uns et refus de la fatalité chez les autres, chaque « Dérouté» vit différemment la contrainte de l’isolement au quotidien. Mais la majorité fait preuve de solidarité. Une situation inédite qui intéresse les médias français.

Mais qu’en est-il aussi dans les coulisses, côté élus et décideurs ?

C’est le maire Marie-Christine Thouret qui a accepté d’aborder avec nous plusieurs points qui reçoivent peu d’échos malgré leur importance.

quatre problèmes

« Il y a quatre problèmes depuis le glissement de terrain du 14 avril, précise immédiatement l’édile. En premier, la situation humaine, en général et en particulier, des habitants isolés et dont tout le monde...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct