“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'homme aux 28 millions de livres vendus

La plus célèbre des «Mamies» mentonnaises, Eliane Vassalo.	(DR)

Élection de Super Mamie : appel à candidatures

Yvette Ferrier, indissociable du refuge de Fontanalbe et impatiente de retrouver ses équipiers et les randonneurs.

Vers la voie sacrée, le refuge de Fontanalbe inauguré

Les éditions de la Sarriette lancent les journaux-mémoires

Les tout-petits profitent de la crèche à Cap-d'Ail. Ici avec le maire et Pascale Spagli, élue déléguée à la petite enfance et une partie du personnel.

Cap-d'Ail : douce reprise de la crèche

Festivals télé : la guerre n'aura (peut-être) pas lieu

Mis à jour le 24/10/2017 à 05:30 Publié le 24/10/2017 à 05:30
« Notre président d'honneur est un chef d'État, notre prince souverain. Ça fait toute la différence », lance Laurent Puons, à droite sur la photo.

« Notre président d'honneur est un chef d'État, notre prince souverain. Ça fait toute la différence », lance Laurent Puons, à droite sur la photo. Jean-François Ottonello

Festivals télé : la guerre n'aura (peut-être) pas lieu

Après Lille, qui présentait en juillet dernier son futur festival, c'est Cannes qui a dévoilé le sien cette semaine. Rien qui ne bouleverse Laurent Puons, à la tête du Festival de télévision de Monte-Carlo

Cette nouvelle concurrence, je l'aborde sereinement », lance d'entrée Laurent Puons, directeur général du Festival de télévision de Monte-Carlo, dans le petit salon de son bureau. D'autant plus sereinement que, d'après lui, Cannes « ne se présente pas comme un concurrent direct ».

Le monde de la petite lucarne n'est pas bien grand. Tout le monde se connaît. Il a donc eu tout le loisir de discuter avec l'organisation de Canneséries : « Je les ai rencontrés, et il y a une volonté de travailler en collaboration. Leur positionnement n'est pas le même. Leur festival est plus long, ils attribuent moins de récompenses et se concentrent sur les programmes à venir ; alors que nous, nous récompensons les programmes déjà installés. En travaillant en toute intelligence, il y a une possibilité de vivre en bons termes. Si tout le monde reste sur son positionnement, notamment au niveau des dates, il ne devrait pas y avoir de soucis. »

Dates à risques

Car la différence essentielle se situe là : Canneséries se...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct