“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Les Grands Appartements du Palais princier ont attiré les foules aux Jou...

Les gagnants du concours de la photographie sous-marine sont...

"Il y a encore plein de mystères": Gildo Pastor, le fils d'Hélène, raconte avoir...

Le tram arrive à l'aéroport, pour une phase de tests

Le lancer de haches, ça vous tente ?

Extension en mer: feu vert au Conseil national

Mis à jour le 29/06/2016 à 05:11 Publié le 29/06/2016 à 05:11
La séance d'hier soir a été marquée par le vote donnant légitimité au projet d'extension en mer du côté du Larvotto.

La séance d'hier soir a été marquée par le vote donnant légitimité au projet d'extension en mer du côté du Larvotto. Photo Michael Alesi

Extension en mer: feu vert au Conseil national

Les élus se sont prononcés hier en soir en faveur de la loi de désaffectation de parcelles de l'État, qui permettra la réalisation de ce nouveau quartier. Non sans quelques bémols

L'enjeu était annoncé comme capital pour l'avenir du pays. « Absolument essentiel », selon le ministre d'État, « pour offrir à la Principauté ce dont elle a le plus besoin : les moyens de s'agrandir ».

Réuni en séance publique hier soir, le Conseil national s'est prononcé favorablement sur la désaffectation de parcelles et de volumes à l'anse du Portier. Une décision légale donnant le feu vert au projet d'extension en mer préparé depuis de nombreux mois par le gouvernement princier.

Le projet prévoit de gagner six hectares sur la mer au Larvotto, un demi-siècle après la construction de Fontvieille. De quoi laisser la possibilité à la société Bouygues TP de bâtir 60 000 mètres carrés de bâtiments privés et publics. Un projet estimé à près d'un milliard d'euros, dans lequel « les promoteurs et les investisseurs prennent les risques entrepreneuriaux tant en termes d'aléas...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct