“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

VIDEO. La Fondation Flavien organise son 5e Monaco Trott'N'Roll en faveur de la ...

Dès le mois de décembre, seuls les guichets de ces gares de la Côte d'Azur reste...

Contrôles, filtrage maritime, restrictions de circulation : tout ce qu'il faut s...

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

Un 5e Airbus et 8 lignes de plus pour EasyJet

Être (imaginaire) ou ne pas être, telle est la question…

Mis à jour le 03/12/2017 à 05:13 Publié le 03/12/2017 à 05:13
Au premier abord, Bernard Werber et Romain Sardou incarnent deux visions de la littérature. À ceci près que l'un comme l'autre jonglent en permanence entre réel et imaginaire - un thème justement choisi par « Lecture en fête » cette année.

Au premier abord, Bernard Werber et Romain Sardou incarnent deux visions de la littérature. À ceci près que l'un comme l'autre jonglent en permanence entre réel et imaginaire - un thème justement choisi par « Lecture en fête » cette année. Jean-François Ottonello

Être (imaginaire) ou ne pas être, telle est la question…

Les deux invités d'honneur de « Lecture en fête », organisé tout le long du week-end à Roquebrune, sur le thème de l'imaginaire, déclinent la notion à leur manière. Démonstration

L'ancien journaliste scientifique, dont on connaît surtout l'Œuvre littéraire depuis la sortie des Fourmis en 1991, envisage assez logiquement l'imaginaire à travers le prisme de la science. Même si la notion lui pose problème. « Il n'y a pas véritablement d'imaginaire. On ne peut imaginer ce que l'on n'a pas vu. Le monde des rêves nous permet seulement de tendre vers la connaissance de quelque chose que l'on n'a jamais expérimenté ».

Aussi l'imaginaire se confronte-t-il, selon Bernard Werber, à la limite des cinq sens. Aussi l'auteur s'attache-t-il, dans ses écrits, à « donner des détails réels ». Quand bien même le résultat pourrait paraître fantaisiste, sinon farfelu pour qui n'aurait pas été informé au préalable. Notamment dans son nouveau roman, Depuis l'au-delà.

« Je m'appuie sur des témoignages réels de médiums. Toutes les histoires...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct