“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Studios de la Victorine, budget de la Sécu, arrivée de l'automne: voici votre br...

Ces passionnés ont remis à flot des navires à l'abandon

Zéro déchet en cuisine, opération de police d'envergure, tribune contre les viol...

L'attaquant italien Pellegri a joué 45 minutes face à Hyères.

Monaco II toujours sans succès Cannes : vite fait, bien fait

Trott'N'Roll : une journée orangée contre le cancer

Des billets de 500€ à l'intérieur... On vous explique pourquoi les troncs de la cathédrale de Monaco sont aussi garnis

Mis à jour le 20/10/2017 à 16:45 Publié le 20/10/2017 à 16:40
145.000 euros en 2015, 136.000 euros en 2016: ce sont les sommes qui ont été récoltées par la paroisse. L’argent sert d’une part à verser les salaires du sacristain et des gardiens, d’autre part à acheter les bougies, livres et autres petits matériels.

145.000 euros en 2015, 136.000 euros en 2016: ce sont les sommes qui ont été récoltées par la paroisse. L’argent sert d’une part à verser les salaires du sacristain et des gardiens, d’autre part à acheter les bougies, livres et autres petits matériels. Photo Jean-François Ottonello

Des billets de 500€ à l'intérieur... On vous explique pourquoi les troncs de la cathédrale de Monaco sont aussi garnis

Des pièces et billets sont glissés à profusion dans les troncs par les habitués mais également par les touristes qui viennent en nombre. Ce qui augmente d’autant l’apport financier pour la paroisse.

Il aura fallu le vol des troncs de la cathédrale par un sacristain aujourd’hui à la retraite anticipée pour mesurer le montant non négligeable des sommes collectées par l’église dans cette seule paroisse de Notre-Dame-Immaculée.

Respectivement 145.000 euros et 136.000 euros en 2015 et 2016… C’est ce qui a été rendu public lors de l’audience au tribunal correctionnel de Monaco.

Un million de touristes

La somme est rondelette. Le sacristain comptait payer une partie du mariage de son fils avec son forfait. Mais quand un voleur ne passe pas par là, à quoi servent les dons des fidèles?

Il faut savoir que seuls les prêtres et les employés du culte sont payés par l’État. Ce sont des fonctionnaires. Les autres salariés – sacristain, organistes, gardiens, etc. –, sont pris en charge par les dons. De l’argent qui sert également à payer les livres, les bougies et autres activités de l’église.
"La particularité à Monaco est que, si une paroisse ne s’en sort pas, l’État paye", explique Ferxel Fourgon, responsable du protocole et de la communication à l’archevêché.

Toutes les églises de Monaco bénéficient-elles d’une telle générosité? Les paroisses ne communiquent pas leurs chiffres mais les comptes sont contrôlés par l’État. La cathédrale, de part sa spécificité touristique, récolte forcément plus de dons qu’ailleurs.

"Beaucoup de monde s’y rend, ne serait-ce que pour se recueillir sur la tombe de la princesse Grace et du prince Rainier III, explique Ferxel Fourgon. Le nombre de visiteurs fait que le tronc est d’autant augmenté. On considère que plus d’un million de personnes y passent, même si nous n’avons pas de décompte précis. Est récolté dans les troncs également le prix de la monnaie de Paris à l’effigie de la cathédrale. Ça marche très bien."

Dons nécessaires

C’est de toute évidence l’affluence touristique qui augmente les gains de la cathédrale. Et ce d’autant que sa paroisse est la plus petite de Monaco puisqu’elle ne touche que les résidents du Rocher; soit une centaine de fidèles.

Les dons qui oscillent entre 130.000 et 150.000 euros sont donc indispensables, considérant les frais engendrés par l’imposant édifice.

La cathédrale nécessite par exemple l’emploi de deux gardiens, ainsi que d’un sacristain à plein-temps qui s’occupe de l’entretien courant du bâtiment, qui veille au matériel de la messe et assure l’intendance.
Un nouveau sacristain occupe désormais cette charge.


La suite du direct