“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Studios de la Victorine, budget de la Sécu, arrivée de l'automne: voici votre br...

Ces passionnés ont remis à flot des navires à l'abandon

Zéro déchet en cuisine, opération de police d'envergure, tribune contre les viol...

L'attaquant italien Pellegri a joué 45 minutes face à Hyères.

Monaco II toujours sans succès Cannes : vite fait, bien fait

Trott'N'Roll : une journée orangée contre le cancer

Dans le quotidien des migrants à Vintimille

Mis à jour le 02/08/2016 à 05:11 Publié le 02/08/2016 à 05:11
Dans les cuisines de l'église San Antonio

Dans les cuisines de l'église San Antonio Photo M.A.

Dans le quotidien des migrants à Vintimille

Ils vivent entre l'église Sant'Antonio, un centre récent ou un terrain vague. Et ils sont toujours bloqués en Ligurie. Sur le terrain, « Caritas Monaco » guide au travers des lieux de vie

Une église claire et plutôt moderne, dans un quartier un peu excentré du centre de Vintimille. Avec ses immeubles d'habitations d'une poignée d'étages, ses grandes surfaces, ses publicités pour les fast-foods et sa longue route, l'endroit pourrait se trouver n'importe où en Europe. À première vue, ni le lieu de culte ni son quartier n'ont de raison d'attirer. Pourtant, à Vintimille, tout le monde connaît l'église Sant'Antonio. De l'employé du péage au retraité qui tire son cabas, les habitants indiquent spontanément la direction de la « chiesa della migranti ». L'église des migrants, dans le texte. Depuis deux mois, l'endroit est l'un des points d'accueil de ceux qui ont fui la guerre à Vintimille. Un centre géré par la Croix-Rouge italienne vient pourtant d'ouvrir à quelques kilomètres du centre-ville. Beaucoup de ceux qui vivaient dans l'église sont partis vers le parc Roja. Seulement voilà : le centre accueille quelque 180 personnes pour une durée restreinte, l'église...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct