“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Studios de la Victorine, budget de la Sécu, arrivée de l'automne: voici votre br...

Ces passionnés ont remis à flot des navires à l'abandon

Zéro déchet en cuisine, opération de police d'envergure, tribune contre les viol...

L'attaquant italien Pellegri a joué 45 minutes face à Hyères.

Monaco II toujours sans succès Cannes : vite fait, bien fait

Trott'N'Roll : une journée orangée contre le cancer

Comment ce Monégasque se surprend à "Voler comme Superman et [à] se croire dans Star Wars"?

Mis à jour le 23/05/2016 à 05:09 Publié le 23/05/2016 à 05:09
Ce drone s’appelle «Pimousse», «comme les bonbons petits mais costauds». Il l’a construit lui-même. L’appareil file jusqu’à 130 kilomètres-heures, «n’importe quelle altitude».Entre les lunettes, la caméra fixée à l’avant, la télécommande et l’objet en lui-même, le matériel coûterait dans les 1.000 euros.

Ce drone s’appelle «Pimousse», «comme les bonbons petits mais costauds». Il l’a construit lui-même. L’appareil file jusqu’à 130 kilomètres-heures, «n’importe quelle altitude».Entre les lunettes, la caméra fixée à l’avant, la télécommande et l’objet en lui-même, le... Photo Michael Alesi

Comment ce Monégasque se surprend à "Voler comme Superman et [à] se croire dans Star Wars"?

Le Monégasque David « Nismo » vient de participer à la coupe du monde de course de drones. Le point culminant d'une passion devenue, au fil du temps, débordante. Une trajectoire à la Icare

Un bourdonnement électrique remplit les oreilles. Le bruit vient d'un petit objet qui se détache dans le ciel nuageux. L'appareil vole dans toutes les directions. En avant, en arrière, à droite, à gauche, en haut, en bas, à l'horizontale… Un homme le pilote avec sa télécommande. Après quelques minutes en l'air, il pose le petit drone au sol. Le bourdonnement s'arrête. C'était une petite démonstration, histoire de montrer les capacités de l'engin. Récemment, David « Nismo », le pilote, a fait beaucoup plus. Il a participé aux championnats du monde de course de drones. Le point culminant d'une passion devenue, au fil du temps, débordante.

«Ça m'a bluffé»

Pour lui, la compétition qui s'est...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct