“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Tant que me contentieux n'est pas réglé, tout aménagement immobilier est impossible.

Contentieux avec Isola 2000 : nouvelle charge de Riccobono

Le jardin suscite la curiosité des enfants.

Beaulieu : Hélène et le jardin de curiosités

Le nombre de tomes de la procédure démontre l'activité déployée par les enquêteurs.

Un mélange d'amateurisme et de cupidité

Olivier Dassault, président du groupe d'amitié franco-monégasque, entouré de la députée de la 4e circonscription des A.-M., Alexandra Valetta-Ardisson et de Stéphane Valeri, président du Conseil national.	(DR)

Échanges de bons procédés entre élus monégasques et français

Isabelle Lombardot, directeur du Pavillon Bosio, entourée de Mme l'Ambassadrice de France à Monaco, du maire et des membres du Conseil communal, de Stéphane Valéri, président du Conseil national, de Patrice Cellario, conseiller de gouvernement-ministre de l'Intérieur, et de Claude Rosticher.

Récompense pour Isabelle Lombardot, directeur du Pavillon Bosio

Clos des roses : Pas plus de quelques m² concernés !

Mis à jour le 19/12/2015 à 05:14 Publié le 19/12/2015 à 05:14
Ce sont les aménagements intérieurs de la bastide du clos qui sont concernés par le litige en cours. Les autres bâtiments, eux, ne sont pas menacés.

Ce sont les aménagements intérieurs de la bastide du clos qui sont concernés par le litige en cours. Les autres bâtiments, eux, ne sont pas menacés. P. Arnassan

Clos des roses : Pas plus de quelques m² concernés !

Alex et Alexandre Barbero tiennent à souligner que le litige qui touche leur domaine viticole ne concerne qu'une petite partie de ce dernier. En aucun cas, celui-ci n'est donc menacé... de démolition

Alex Barbero nous montre un texto reçu sur son portable. Et qui pourrait presque s'apparenter... à un message de condoléances. « Les gens ont lu dans vos colonnes [notre édition d'hier, ndlr] que l'on avait un an pour démolir, lance le patron du Clos des Roses, quelque peu remonté. Donc, ils se posent des questions. Pire, ils sont persuadés que le domaine est condamné à disparaître. Et ils nous disent qu'ils sont navrés... »

Personnel et clients inquiets

Alors, dans le clan Barbero, on a décidé de préciser certaines choses. Pour faire la clarté dans l'esprit de ceux qui fréquentent les lieux, concernant ce litige qui les oppose à la justice depuis plusieurs années. « Vendredi, les employés sont venus me trouver pour me demander ce qu'il en était, si le Clos des...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct