“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les gagnants du concours de la photographie sous-marine sont...

"Il y a encore plein de mystères": Gildo Pastor, le fils d'Hélène, raconte avoir...

Le tram arrive à l'aéroport, pour une phase de tests

Le lancer de haches, ça vous tente ?

Les enfants avaient toute l'année pour prendre la plus jolie photographie.	(DR)

Concours de photographie sous-marine : les gagnants sont…

Cette jeune femme de Cap-d'Ail donne tout pour sa passion du culturisme

Mis à jour le 23/05/2018 à 11:36 Publié le 23/05/2018 à 09:22
En lice dans la catégorie « Bikini » lors du concours Eric Favre, Ana était jugée sur l'harmonie et la symétrie de son corps.

En lice dans la catégorie « Bikini » lors du concours Eric Favre, Ana était jugée sur l'harmonie et la symétrie de son corps. Photo DR

Cette jeune femme de Cap-d'Ail donne tout pour sa passion du culturisme

Établie à Cap-d'Ail, l'athlète a débuté sa carrière de culturiste en remportant l'épreuve "Bikini" et en raflant tous les prix, dont celui du public, lors du concours Eric Favre à Nice. À quel prix ?

C'est un p'tit bout de femme d'à peine 1,65 m qui s'avance au rendez-vous. Talons légèrement compensés, blue-jean et veste noire cintrée, Ana Helena Dumitrescu apparaît au naturel. Exit la peau tannée, les muscles saillants et les poses crispées qui font des ravages sur les podiums de culturisme. Au civil, c'est avec un sourire franc, un joli port de tête et une entière féminité que Wonder-woman se présente. Ses yeux gris perçants tranchant d'emblée avec le bleu azur qu'elle a adopté voilà quelques années.

Alors étudiante dans sa ville natale de Pitesti, Ana est convaincue par le discours de professeurs français en mission de recrutement dans l'université roumaine. Son visa pour la France, terre inconnue, se nommera "Erasmus". Un virage plus qu'une parenthèse.

À Nice, la jeune femme bûche jusqu'en Master II en filière Staps, spécialité "Sport et tourisme". L'examen final en poche, en français, la studieuse expatriée complète son bagage par des diplômes de coach sportif jusqu'à...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct