“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'homme aux 28 millions de livres vendus

La plus célèbre des «Mamies» mentonnaises, Eliane Vassalo.	(DR)

Élection de Super Mamie : appel à candidatures

Yvette Ferrier, indissociable du refuge de Fontanalbe et impatiente de retrouver ses équipiers et les randonneurs.

Vers la voie sacrée, le refuge de Fontanalbe inauguré

Les éditions de la Sarriette lancent les journaux-mémoires

Les tout-petits profitent de la crèche à Cap-d'Ail. Ici avec le maire et Pascale Spagli, élue déléguée à la petite enfance et une partie du personnel.

Cap-d'Ail : douce reprise de la crèche

Giuseppe Parisi, nouveau centenaire à la fondation Hector-Otto

Mis à jour le 08/03/2016 à 05:04 Publié le 08/03/2016 à 05:04
Marie-Hélène Navarro et Stéphanie Carpentier.

Giuseppe Parisi, nouveau centenaire à la fondation Hector-Otto

Commandant en second de la compagnie de gendarmerie de Gassin - Saint-Tropez depuis le mois d'août 2014, auprès du chef d'escadron Grégory Moura, le capitaine Richard a autorité sur quelque 130 personnels.

Commandant en second de la compagnie de gendarmerie de Gassin - Saint-Tropez depuis le mois d'août 2014, auprès du chef d'escadron Grégory Moura, le capitaine Richard a autorité sur quelque 130 personnels. Et, lorsqu'elle se retourne sur sa carrière menée tambour battants puisqu'elle n'est âgée que de 33 ans, la native de Valence n'a aucun souvenir d'avoir souffert de sa qualité de femme... ni d'avoir été avantagée pour l'occasion !

« J'ai d'abord fait une maîtrise de droit pénal et sciences criminologiques, résume Marianne Richard, aujourd'hui mariée et mère d'un enfant. J'ai ensuite fait une préparation à l'Institut de préparation à l'administration générale pour intégrer la fonction publique. Je voulais être juge d'instruction, quand un ami m'a suggéré de devenir officier de gendarmerie. J'ai passé le concours de recrutement en 2006, à Rennes, et intégré l'école d'officiers de la gendarmerie nationale à Melun, pour deux années. Avec un Master 2, j'ai été affectée au commandement de la communauté de brigades de Gaillac, dans le Tarn, comme lieutenant, avec 26 personnels. »

Elle arrive ensuite à la compagnie de Gassin, en août 2012 avant de prendre ses galons de N° 2 du Golfe.

Que représente cette journée du 8 mars aux yeux du capitaine Richard : « Si on regarde le verre à moitié plein, oui, c'est utile ! Il s'agit en fait de la Journée internationale des droits de la femme, et il faut savoir que des femmes sont encore en danger aujourd'hui. C'est un soutien pour elles. Comme il s'agit d'un devoir de mémoire pour toutes celles qui se sont battues. À un autre niveau, il faut savoir que, même en France, des femmes sont encore moins bien payées que les hommes pour une même fonction. »

« Le côté verre à moitié vide, c'est la stigmatisation et la discrimination positive que cette Journée peut provoquer, poursuit l'officier. ça peut également amener à des moqueries. »

Au risque de tomber dans le piège de la discrimination positive, précisons toutefois que le capitaine Marianne Richard est la référente départementale dans le cadre des violences intrafamiliales. Elle assure la formation et la sensibilisation des militaires dans leur brigade à propos de ce sujet tellement sensible. Et pas seulement aux yeux des femmes.

Ne leur demandez pas de théoriser sur la condition féminine en France, il y a bien longtemps que ces deux battantes n'en sont plus là. C'est par l'action que Marie-Hélène Navarro et Stéphanie Carpentier ont choisi d'avancer.

Réunies par une...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct