“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'homme aux 28 millions de livres vendus

La plus célèbre des «Mamies» mentonnaises, Eliane Vassalo.	(DR)

Élection de Super Mamie : appel à candidatures

Yvette Ferrier, indissociable du refuge de Fontanalbe et impatiente de retrouver ses équipiers et les randonneurs.

Vers la voie sacrée, le refuge de Fontanalbe inauguré

Les éditions de la Sarriette lancent les journaux-mémoires

Les tout-petits profitent de la crèche à Cap-d'Ail. Ici avec le maire et Pascale Spagli, élue déléguée à la petite enfance et une partie du personnel.

Cap-d'Ail : douce reprise de la crèche

Binge-drinking : Le signe d'un problème non résolu

Mis à jour le 11/02/2018 à 05:09 Publié le 11/02/2018 à 05:09

Binge-drinking : Le signe d'un problème non résolu

Le Dr Faredj Cherikh est concerné au premier plan par l'alcoolisation des jeunes : ce chef du service d'addictologie du CHU de Nice en reçoit régulièrement.

Le Dr Faredj Cherikh est concerné au premier plan par l'alcoolisation des jeunes : ce chef du service d'addictologie du CHU de Nice en reçoit régulièrement. Il a pu mesurer l'évolution de leurs comportements ces dernières années, notamment le binge-drinking, l'intoxication massive.

« Effectivement, les adolescents boivent de l'alcool de plus en plus tôt. Mais il faut bien distinguer ceux qui vont juste goûter de ceux qui vont consommer régulièrement, voire en devenir dépendants. Le problème de ces phénomènes d'alcoolisation, surtout le binge-drinking, est que jusqu'à l'âge de 25 ans, le système nerveux central est encore en pleine évolution. Si on boit massivement, on l'endommage de manière irrémédiable. »

On distingue ainsi plusieurs types de consommateurs. Celui qui va juste « tester » : « Si cela reste une expérimentation occasionnelle, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Les ados vont boire par jeu, pour affirmer qu'ils sont devenus adultes et...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct