“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

On vous présente Nicolas Tasset, le nouveau patron de la compagnie de gendarmeri...

Qui sont les artistes qui font les belles heures du Cirque du Soleil?

Lauréats du concours Lépine, ces Azuréens ont besoin de vous pour financer leur ...

Les proposition du Conseil national pour améliorer la qualité de vie à Monaco

Michel Benizri officie en tenue orange, dont il a plusieurs versions, costume habillé ou vêtement de travail. La couleur est assumée : « Si on me voit bien, on m'entendra mieux ».

Je suis tombé amoureux de ce territoire Le crieur du Verdon fait passer les mess...

Aveline Carmoi : en quête de Mon côté sauvage

Mis à jour le 11/08/2018 à 05:11 Publié le 11/08/2018 à 05:11
Aveline Carmoi poste régulièrement des vidéos mettant en scène des producteurs de plantes du secteur. Support de communication pour sa future boutique en ligne.

Aveline Carmoi poste régulièrement des vidéos mettant en scène des producteurs de plantes du secteur. Support de communication pour sa future boutique en ligne. Rémy Masseglia

Aveline Carmoi : en quête de Mon côté sauvage

Ex-Parisienne, la jeune femme s'est installée à Breil-sur-Roya pour confectionner des tisanes. Elle réalise des vidéos de producteurs de plantes afin de promouvoir sa future boutique en ligne

En admettant qu'à chaque prénom correspond une destinée, Aveline était vouée à se tourner vers le milieu agricole, sinon botanique. Les sages vous le diraient : on porte rarement le nom d'une noisette par hasard…


Et de fait, après une première carrière en tant que technicienne du son à Radio France, Aveline Carmoi s'est installée dans la Roya dans un but précis : créer des tisanes à base de plantes cueillies en pleine nature. En vue de les commercialiser. Et de retrouver, dit-elle, son côté sauvage. Un trait de caractère enfoui que la jeune néorurale s'attelle, depuis, à transformer en marque.


Les internautes amateurs de plantes connaissent déjà la page Facebook et la chaîne Youtube « Mon côté sauvage » pour les vidéos qu'Aveline poste régulièrement. Sont déjà sortis seize micro-documentaires (de moins de dix minutes) dans lesquels elle présente le travail des producteurs de plantes...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres