“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'homme aux 28 millions de livres vendus

La plus célèbre des «Mamies» mentonnaises, Eliane Vassalo.	(DR)

Élection de Super Mamie : appel à candidatures

Yvette Ferrier, indissociable du refuge de Fontanalbe et impatiente de retrouver ses équipiers et les randonneurs.

Vers la voie sacrée, le refuge de Fontanalbe inauguré

Les éditions de la Sarriette lancent les journaux-mémoires

Les tout-petits profitent de la crèche à Cap-d'Ail. Ici avec le maire et Pascale Spagli, élue déléguée à la petite enfance et une partie du personnel.

Cap-d'Ail : douce reprise de la crèche

À Roquebrune-Cap-Martin, vous pouvez rejoindre une communauté d'achat direct pour manger plus local

Mis à jour le 25/09/2017 à 21:33 Publié le 25/09/2017 à 21:22
Rachel Klaps, la responsable et Valérie Latil Gioanni, productrice à Gattières.

Rachel Klaps, la responsable et Valérie Latil Gioanni, productrice à Gattières. Photo Jean-François Ottonello

À Roquebrune-Cap-Martin, vous pouvez rejoindre une communauté d'achat direct pour manger plus local

La Ruche qui dit oui - une communauté d'achat direct aux producteurs locaux - ouvre une antenne à Roquebrune-Cap-Martin cette semaine. À sa tête, Rachel Klaps, déjà responsable d'une Ruche à Beausoleil

Le réseau de vente directe "La Ruche qui dit oui!" essaime encore un peu plus dans les Alpes-Maritimes.

Et les amateurs de circuits courts pourront désormais butiner des produits locaux à Roquebrune, un mercredi sur deux. Après que Rachel Klaps, fondatrice d'une première Ruche à Beausoleil en mai 2013 - la première du département - a décidé d'en ouvrir une deuxième sur le secteur.

La jeune femme spécialisée dans l'événementiel ayant rapidement contracté le virus du "bien manger". Connu pour être plutôt contagieux.

"Mon père avait une boucherie, mon mari vient d'une famille de boulangers. J'ai plutôt tendance à boycotter les grands magasins et la grande distribution", explique-t-elle. Précisant avoir découvert l'existence des Ruches grâce à un reportage TV, à une époque où même les producteurs n'en connaissaient pas le concept.

Pas forcément du bio

"Je me suis lancée dans l'aventure. J'ai pris ma voiture et je me suis rendue dans les montagnes, poursuit-elle. Je suis partie d'une page blanche".

Qu'elle s'est efforcée de remplir. Consciencieusement. Progressivement. Partant - aidée d'une liste fournie par la Chambre d'agriculture - à la recherche d'agriculteurs en harmonie avec la philosophie des Ruches. Éthique, sans être fermée.

"Je ne propose pas du bio à tout prix. Entre autres parce que ce n'est pas toujours gage de proximité. J'aime autant axer sur des produits cultivés de manière raisonnée", souligne Rachel Klaps.

Qui compte bien appliquer, sur l'esplanade Jean-Gioan, des choix ayant fait recette à Beausoleil. Aussi les quelque 90 producteurs locaux qui se sont engagés auprès d'elle proposeront-ils aux membres, en roulement, une véritable diversité.

Fruits, légumes, fromage, conserves, confitures, poisson, miel, biscuits. Mais aussi produits dits de seconde nécessité : pâtes fraîches, plats cuisinés…

Consciente que les abeilles de la Ruche ne doivent pas se lasser, Rachel Klaps testera par ailleurs un concept de vente flash. Notamment pour les produits italiens qu'elle entend proposer. La distance maximale autorisée pour la provenance des produits, fixée à 250 km, lui permettant de passer la frontière pour collaborer avec le Piémont.

À ceux qui s'inquiéteraient d'une distribution deux fois par mois seulement, Rachel Klaps répond bien volontiers que les 500 produits distribués en moyenne chaque fois ne connaissent du frigo que le nom. Et se conservent donc admirablement.

"Les gens qui viennent une fois reviennent souvent. Certains nous disent avoir découvert des tomates qui avaient du goût ! Alors que si on y réfléchit, ce devrait être la norme…"


Savoir +
Les distributions sont programmées un mercredi sur deux, de 17 h à 19 h sur l’esplanade Jean-Gioan de Roquebrune.-cap-Martin
Inscriptions sur https://laruchequiditoui.fr


La suite du direct