“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monstre sacré du théâtre, Jean Piat est décédé à presque 94 ans

Gérard Depardieu ajoute une nouvelle date à son spectacle prévu à Antibes en sep...

Jacques Moscato, auteur de Castello aux éditions Upblisher, situe sont roman en Toscane, lieu de poésie et d'amour, mais aussi terre de son héros malgré lui, Paolo.

Jacques Moscato : compositeur de romans

Les danseurs du « Millénium Dance Center » dimanche.	(DR)

Théâtre et danses des quatre coins du monde ce week-end

H. Tsuji, Duo Romanesca et M. Moletto pendant le concert de 19 heures, hier à l'église St Pierre de Castellar.

Un hommage au Japon aux Mandolines Le théâtre et la danse à l'honneur au château

Plus que deux spectacles avant la clôture de la 48e saison estivale au Théâtre du Fort Antoine

Mis à jour le 31/07/2018 à 08:23 Publié le 31/07/2018 à 09:00
La compagnie Arketal interprète «Le passager clandestin» de Patrick Kermann ce soir à 21h30 au Théâtre du Fort Antoine.

La compagnie Arketal interprète «Le passager clandestin» de Patrick Kermann ce soir à 21h30 au Théâtre du Fort Antoine. Photo DR

Plus que deux spectacles avant la clôture de la 48e saison estivale au Théâtre du Fort Antoine

"Le passager clandestin" et "Timon d’Athènes", deux spectacles d’une "grande subtilité" vont clôturer la 48e édition estivale du Théâtre du Fort Antoine

Ce mardi soir, à 21h30, "Le passager clandestin" de Patrick Kermann sera joué à ciel ouvert au Théâtre du Fort Antoine devant 350 spectateurs.

La compagnie Arketal présentera l’histoire de Giovanni Pastore, un berger descendu de ses montagnes du Frioul, pour chercher du travail en Europe, en espérant trouver "le Paradis" sur terre. Le 10 avril 1912, rêvant d’Amérique, il embarque à Cherbourg sur le Titanic.

Il s’engage, clandestinement, pour nettoyer les 3177 cuillères à dessert destinées aux passagers de première classe. Une pièce "à l’écriture très subtile et un clin d’œil à tout ce qui se passe actuellement avec les gens qui traversent les océans et qui malheureusement disparaissent sans nom", explique Jo Bullit, le programmateur du théâtre.

Des marionnettes… humaines

"Arketal" est une compagnie française de théâtre de marionnettes. Un spectacle que l’on pourrait croire réservé aux enfants mais ces marionnettes-là sont différentes: "Elles sont comme un prolongement de l’humain.Ce qui rend la pièce plus touchante. Et on peut se permettre de dire des choses par la manipulation des marionnettes", souligne Jo Bullit. Une pièce qui se jouera sur le mode bunraku, un type de théâtre japonais datant du XVIIe siècle où les personnages sont représentés par de grandes marionnettes.

Du décor, nous ne saurons pas grand-chose. Le programmateur veut réserver la surprise aux spectateurs mais sachez que les décors naturels comme la mer et la Lune "vont donner vie à cette histoire".

Shakespeare in Monaco

Le 7 août, à la même heure, "Timon d’Athènes" de William Shakespeare, viendra clôturer la 48e édition estivale. L’histoire du riche Timon qui dépense sa richesse dans le but d’améliorer la vie des autres.

Et qui, le jour où il se retrouve ruiné, fait face à la réalité, s’exile, exprime sa rage et sa haine de l’humanité avant qu’un jour, il ne tombe sur une mine d’or.

Shakespeare se serait d’ailleurs inspiré de "Timon ou le misanthrope" du dramaturge grec Lucien pour son œuvre.

Pour cette pièce, la compagnie "TAC Théâtre" a utilisé la méthode du metteur en scène russe Anatoli Vassiliev de façon à aborder le texte du dramaturge anglais de manière très contemporaine.

"L’acteur n’apprend pas tout de suite le texte mais se met dans l’ambiance, le travaille avec sa singularité à lui, son vocabulaire", détaille Jo Bullit.

Une pièce dont le sujet est très contemporain selon le programmateur: "Politiquement, on est dans cet esprit de croire à beaucoup de choses et en fait, on s’aperçoit que c’est chacun pour soi. Donc on peut avoir ces moments de vengeance comme Timon".

Bousculer le public

Deux pièces dont le but est de bousculer le public: "Par le biais d’une pièce de théâtre, on se pose des questions. Ça nous bouscule, nous émeut. C’est aussi ça le théâtre, la recherche d’une émotion", souligne le passionné. Une manière aussi de dénoncer des choses avec subtilité et profondeur.

Deux rendez-vous gratuits à ne pas louper. Quelques places sont encore disponibles. Présentez-vous simplement au théâtre à 21 h les soirs de représentation.

à partir de 1 €


La suite du direct