“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

INTERVIEW. Les confidences de Shemar Moore, le héros d'Esprits Criminels bientôt...

Dans la série naturiste "Nu", les habitants de Monaco ont un rôle très surprenan...

VIDEO. Le producteur de télévision Dick Wolf se félicite qu'on "baisse le pantal...

Il joue dans une série sur le suicide et espère que c'est utile

VIDEO. Pourquoi Darren Criss a adoré interpréter l'assassin de Gianni Versace

VIDEO. A Monaco, Pedro Alonso compare son personnage de Berlin (La Casa de Papel) au Joker de Batman et à Breaking Bad

Mis à jour le 21/06/2018 à 13:16 Publié le 20/06/2018 à 09:20
Le poing rageur de la victoire pour Pedro Alonso, alias Berlin.

Le poing rageur de la victoire pour Pedro Alonso, alias Berlin. Photo Jean-François Ottonello

VIDEO. A Monaco, Pedro Alonso compare son personnage de Berlin (La Casa de Papel) au Joker de Batman et à Breaking Bad

La série événement de Netflix, La Casa de Papel, a reçu la Nymphe d'or de la "Meilleure série dramatique de l'année", mardi soir au Festival TV de Monte-Carlo. Quelques heures avant, l'acteur espagnol nous a longuement parlé de son personnage avant qu'on lui demande de chanter Bella Ciao et de nous dessiner quelque chose

On a bien cru qu’on ne verrait jamais Pedro Alonso. Que la police aux frontières, alertée par le casier judiciaire de son personnage psychotique (Berlin) dans la série la Casa de Papel, le menotterait à peine le pied posé sur le tarmac de l’aéroport de Nice. Finalement, Berlin était bien à Monaco, ce mardi, pour recevoir la Nymphe d’Or de la "meilleure série TV dramatique" de l’année.

Plus tôt, il nous a confié adorer Cannes, Saint-Tropez, Monaco et particulièrement "la lumière" méditerranéenne. "J’ai l’impression de vivre dans un film des années dorées d’Hollywood."

La veille de cet entretien, nous avions demandé aux "parents" de la série à succès de Netflix si le luxe monégasque n’était pas un appel au braquage. Hilare, son créateur, Álex Pina, avait concédé que c’était "un plan sur-mesure" pour Berlin. Alors on a posé la question à son interprète, Pedro Alonso… "Berlin est un personnage très perspicace et des fois on peut penser à sa façon, ce sont un peu des “Berlinades”. Je détecte parfois des gens qui pourraient s’associer à Berlin pour faire de choses un peu folles. J’imagine bien Berlin entrer dans ces belles maisons à Monaco et créer du chaos un peu partout (rires)."

Berlin est aussi psychopathe qu’attachant. C’est ce qui vous a plu à la lecture du scénario?
Au niveau de la dramaturgie, sans me prendre trop au sérieux, je peux dire que c’est l’un des personnages les plus intéressants de ces dernières années. Au même titre que celui de Bryan Cranston dans Breaking Bad ou encore le "Joker" de Batman…Berlin est un personnage avec une ambivalence morale incroyable. Plus il a l’air fou, plus il est attachant.
C’est quelqu’un qui s’aventure sur tous les terrains interdits d’une façon très authentique.Il n’est peut-être pas très recommandable, c’est sûr, mais il donne un sens à la vie très puissant.

Et parvient même à faire rire…
Exactement! Il a un sens de l’humour qui fait que lors des moments les plus difficiles il trouve toujours une échappatoire.ça lui donne une touche de douceur.Il rend acceptable ce qui aurait pu être insupportable.

Un huis clos s’instaure très vite dans la Casa de Papel, créant des tensions et forçant la plupart des personnages à réagir de manière presque «animale».Pas Berlin, qui reste calme et dont la carapace s’effrite doucement, tout en subtilité…
Berlin ne ressent pas de plaisir à voler de l’argent, il aime sonder la personnalité des gens. En fait, c’est lui l’animal.Quand le huis clos débute, il se dit: “Tiens, maintenant je vais tous vous faire danser!” (rires) C’est là le ressort, sa motivation: plus il y a de chaos, plus il respire, plus il est inspiré par ce que les gens lui montrent. Il adore ça!

À la lecture du scénario, qu’avez-vous pensé de sa relation avec les otages? Sachant que Berlin va jusqu’à violer l’une d’entre eux…
C’est un personnage qui abuse des autres.Il invite les gens à jouer, d’abord librement, puis il impose ses contraintes.Ce qui aurait pu être un art, celui de révéler la vraie personnalité des gens, devient quelque chose de pervers.Voilà la tragédie de Berlin. Pour atteindre la sensibilité de l’autre, il fait appel à son côté obscur. On est tous contraints par des codes et Berlin rompt avec les règles établies pour prendre le pouvoir. Il fait ce qu’il veut.

Est-ce vrai que pour le rôle vous avez appris à tirer à balles réelles avec la police?
Quand j’étais petit, je jouais aux fléchettes et j’étais vraiment nul. Le jour où j’ai été au stand de tir avec un vrai pistolet de la police, je me suis concentré et je n’ai pas manqué la cible! Incroyable! Je me suis dit que je ne toucherai plus jamais une arme de ma vie! (rires)

Pouvez-vous nous dire où sont passés tous ces billets utilisés lors du tournage?
Je te le dis après (clin d’œil).On va couper la caméra d’abord…

Ce rôle vous a-t-il ouvert des portes?
Il y a des choses qui se passent en ce moment. Je reçois beaucoup d’appels téléphoniques.

En coulisses, on parle d’un grand réalisateur espagnol qui vous aurait contacté?
Je devais faire un film en Espagne mais plutôt que de dire oui, j’ai dit non.J’essaye de prendre un peu de recul, j’essaye de mettre à profit cette année et demie pour faire moins et d’une façon plus sélective.Je fais de la peinture, je fais de l’écriture aussi.En fait, c’est trop tôt pour dire si cette série m’a ouvert des portes.Mais dans deux ans je répondrai à ta question.

à partir de 1 €


La suite du direct