“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le service à la personne a maintenant son salon à Monaco

Les terrains de sport synthétiques sont-ils dangereux pour la santé?

Cette chercheuse niçoise a découvert une nouvelle voie pour combattre la depress...

L'utilisation des machines de collecte de plasma suspendue en raison d'un risque...

Le cancer continue sa progression "alarmante" dans le monde

On lui a diagnostiqué une infection... la petite fille souffre en fait d'un cancer

Mis à jour le 18/08/2018 à 14:45 Publié le 18/08/2018 à 14:37
Manel entourée de sa famille, sa maman Myriam à droite, sa tante Fathen à gauche, deux de ses grands frères Noé et Adam, ainsi que son chat chéri Caramel.

Manel entourée de sa famille, sa maman Myriam à droite, sa tante Fathen à gauche, deux de ses grands frères Noé et Adam, ainsi que son chat chéri Caramel. Photo Patrice Lapoirie

On lui a diagnostiqué une infection... la petite fille souffre en fait d'un cancer

Entre erreurs d’appréciation et visites répétées de services médicaux, Myriam Bouzidi a connu un véritable calvaire avant qu’on décèle la maladie de sa fille Manel, 7 ans... Un cancer des os, stade 4.

"Pour nous la vie s’est arrêtée le 28 juin dernier."

À l’annonce de l’effroyable diagnostic de Manel, 7 ans à peine: cancer des os, stade 4.

Il aura fallu un mois de visites chez les médecins, hôpitaux et spécialistes pour poser un nom sur le mal qui ronge la petite fille.

De précieuses semaines "perdues" pour ses proches, durant lesquelles ses parents, Myriam et Mohamed, mais aussi sa famille se sont battus pour être entendus. Pour faire soigner Manel. Pour être pris au sérieux. Inacceptable pour ce clan, qui fait bloc depuis autour de la fillette.

"À la fin du mois de mai, elle n’arrivait plus à s’allonger la nuit car elle avait mal à une côte",...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct