“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Levothyrox: 100 plaintes déposées à Grasse

Mis à jour le 28/10/2017 à 21:01 Publié le 28/10/2017 à 21:00
«J’ai encore 300 plaintes à déposer» prévient Me Anne-Catherine Colin-Chauley.

«J’ai encore 300 plaintes à déposer» prévient Me Anne-Catherine Colin-Chauley. Photo C.C.

Levothyrox: 100 plaintes déposées à Grasse

Au nom de patients victimes d’effets secondaires, Me Colin-Chauley a déposé cette semaine cent plaintes contre X et contre le laboratoire Merck au tribunal de Grasse

Mercredi soir, Me Anne-Catherine Colin-Chauley et un membre de l’association Alerte Thyroïde avaient vainement tenté d’alerter Laurent Wauquiez, alors en tournée électorale à Mandelieu-la-Napoule, sur le problème du Levothyrox, ce médicament qui traite trois millions de Français pour des troubles de la thyroïde.

« Je lui ai serré la main et quand j’ai évoqué le sujet, il a aussitôt tourné les talons », regrette l’avocate azuréenne. Qu’à cela ne tienne. Jeudi, Me Colin-Chauley a déposé pas moins de cent plaintes au tribunal de grande instance de Grasse. « J’ai encore 300 plaintes à déposer », prévient l’avocate azuréenne.

Des plaintes contre X mais également contre le laboratoire Merck pour mise en danger de la vie d’autrui. Elle était accompagnée d’un patient, victime comme des milliers d’autres, d’effets indésirables depuis que le Levothyrox nouvelle formule a été mis sur le marché.

Depuis, il va acheter son médicament en Italie.

"Scandale sanitaire"

Après avoir été enregistrées, les plaintes ont été transmises au Pôle santé publique du TGI de Marseille. Ils seraient 1 700 dans les Alpes-Maritimes à avoir signalé des effets secondaires. Me Anne-Catherine Colin-Chauley a regroupé pas moins de 400 dossiers.

Début octobre, c’était Me Marie-Odile Bertella-Geffroy, (ancien juge d’instruction au Pôle Santé de Paris), qui avait déposé une plainte collective au nom de 40 clients pour tromperie et mise en danger de la vie d’autrui. La semaine dernière, une autre plainte collective a été posée à Lyon.

L’Agence nationale de la sûreté du médicament indique que seul 0,6 % des patients traités par Levothyrox ont signalé des effets indésirables. Selon l’ANSM, la teneur en principe actif (la lévothyroxine, une hormone de substitution) pouvait varier d’un lot à l’autre, voire au sein du même lot avec le temps.

Or la précision du dosage du produit est cruciale dans le traitement des maladies thyroïdiennes. Le changement de formule ne porte pas sur le principe actif mais sur d’autres substances, les excipients. Il n’empêche, certains patients, en prenant le nouveau médicament, ont souffert de dérèglements hormonaux mais également de douleurs aiguës, de crampes, des troubles du transit…

Le fabricant et les pouvoirs publics ont-ils fait preuve de légèreté ? « Ces médicaments sont très sensibles et on ne peut pas, sans information ni procédure longue et scientifique en changer la formulation », critique Me Colin-Chauley, qui continue de parler de « scandale sanitaire », dénonçant la situation de monopole de Merck en France pour ce médicament.

Un numéro vert est à la disposition du public, le 0.800.97.16.53 Ce numéro est accessible du lundi au vendredi de 9 h à 19 h.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres