“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le collectif Alerte Thryroïde réclame la démission des ministres de la Santé et de l'Economie

Mis à jour le 19/10/2017 à 22:06 Publié le 19/10/2017 à 17:08
L'Azuréenne Me Colin-Chauley, présidente du collectif Alerte Thyroide.

L'Azuréenne Me Colin-Chauley, présidente du collectif Alerte Thyroide. Photo C. C

Le collectif Alerte Thryroïde réclame la démission des ministres de la Santé et de l'Economie

Près de 365 plaintes ont été déposées par des patients, remettant en cause la gestion par les pouvoirs publics de la nouvelle formule du Levothyrox, un médicament qui traite les troubles de la thyroïde.

Une pétition pour le retour à l'ancienne formule a recueilli 170.000 signatures.

Le collectif Alerte Thyroide, présidé par la première plaignante, l'Azuréenne Me Colin-Chauley, s' insurge contre la mauvaise gestion de crise sanitaire concernant la mise sur le marché en 2017 de la nouvelle formule du Levothyrox et qui handicape, selon lui, les patients atteints de dysfonctionnement de la thyroïde.

"Mme la Ministre de la Santé a attendu des mois avant d'importer de l'étranger -en quantité insuffisante, temporairement et juste pour la métropole- l'ancienne formule du levothyrox alors que ce médicament est fabriqué, apparemment pour l' Italie, en France (en Isère) par le laboratoire pharmaceutique Patheon", indique le collectif.

"De plus, Mme la Ministre préconise d'autres traitements de régulateur de la thyroïde et qui vont apparaître prochainement dans les officines tout en imposant aux patients une nouvelle réadaptation du traitement. En outre, aucune mesure utile n a été prise par le Ministre de l' économie face à l'abus de position dominante du laboratoire Merck qui refuse de fabriquer l' ancienne formule alors que cette ancienne formule est disponible dans tous les autres pays européens."

"Devant de tels errements le collectif sollicite la démission immédiate de Mme la ministre de la Santé ainsi que du ministre de l'Économie."

A savoir Agnès Buzin et Bruno Le Maire.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres