“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

A partir de 2020, si vous refusez les médicaments génériques vous serez moins bi...

Quels sont vraiment les effets du cannabis médical?

Sophie Rosso a écrit un livre « Le combat de ma vie ».

Chaque jour, je dis merci à la vie

Venez rouler sur le cancer avec la Fondation Flavien, ce samedi à Monaco

Le Gemluc offre trois équipements au service d’urologie du CHPG

L'hôpital peine à garder ses médecins

Mis à jour le 27/09/2016 à 05:11 Publié le 27/09/2016 à 05:11
Le Pr Thierry Piche du CHU de Nice (en photo ci-dessus) partage les revendications des grévistes. Il craint la fuite des jeunes médecins privilégiant le privé  (et ses salaires plus attractifs) au détriment de l'hôpital.

Le Pr Thierry Piche du CHU de Nice (en photo ci-dessus) partage les revendications des grévistes. Il craint la fuite des jeunes médecins privilégiant le privé (et ses salaires plus attractifs) au détriment de l'hôpital. Franz Chavaroche

L'hôpital peine à garder ses médecins

Les praticiens hospitaliers étaient appelés hier à faire grève. Si le mouvement n'a été que peu suivi dans les Alpes-Maritimes, les professionnels de santé en partagent les revendications

C'est un mouvement social qui est passé inaperçu. Hier, les médecins hospitaliers français étaient appelés à faire grève par deux intersyndicales : Avenir Hospitalier et la confédération des praticiens des hôpitaux. Dans les Alpes-Maritimes, ils n'étaient qu'une poignée à avoir suivi la consigne. Et avec le jeu des remplacements, les patients ne se sont aperçus de rien.

Si les blouses blanches étaient majoritairement présentes à leur poste hier, elles partagent pourtant les revendications, ainsi que l'explique le Pr Thierry...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct