“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le service à la personne a maintenant son salon à Monaco

Les terrains de sport synthétiques sont-ils dangereux pour la santé?

Cette chercheuse niçoise a découvert une nouvelle voie pour combattre la depress...

L'utilisation des machines de collecte de plasma suspendue en raison d'un risque...

Le cancer continue sa progression "alarmante" dans le monde

Ils écoulaient illégalement une crème à base de placenta humain à Monaco, plusieurs milliers de boîtes saisies

Mis à jour le 10/04/2018 à 11:42 Publié le 10/04/2018 à 08:00
Un responsable de la société incriminée avait rapidement vidé ses étagères à la vue de l’objectif de notre photographe. Mais le mal était fait.

Un responsable de la société incriminée avait rapidement vidé ses étagères à la vue de l’objectif de notre photographe. Mais le mal était fait. Photo Jean-François Ottonello

Ils écoulaient illégalement une crème à base de placenta humain à Monaco, plusieurs milliers de boîtes saisies

L’affaire des produits de beauté illégaux vendus lors du Congrès de médecine esthétique et anti-âge de Monaco est restée en travers de la gorge du gouvernement, qui planche sur les poursuites pénales à donner.

"Ceux-là, ils nous ont surpris…" Directeur de l’Action sanitaire, Alexandre Bordero n’avait jamais vu ça et se serait bien passé de pareille polémique.

En fin de semaine dernière, ses équipes ont dû intervenir à deux reprises au Grimaldi Forum où, sous couvert du Congrès de médecine esthétique et anti-âge, une société japonaise marchandait des médicaments et compléments alimentaires à base d’extraits de placenta humain!

>> RELIRE. Une crème à base de placenta humain vendue en toute illégalité au congrès anti-âge de Monaco

Les saisies effectuées, l’heure n’est plus à la complainte mais à l’action. La sanction au nom d’un gouvernement princier qui entend bien marquer son intransigeance à l’égard de tels comportements.

"Ils avaient des stocks cachés"

"On a été avertis par des autorités extérieures qu’il y avait ces produits. On a envoyé le pharmacien...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct