“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Quels sont vraiment les effets du cannabis médical?

Sophie Rosso a écrit un livre « Le combat de ma vie ».

Chaque jour, je dis merci à la vie

Venez rouler sur le cancer avec la Fondation Flavien, ce samedi à Monaco

Le Gemluc offre trois équipements au service d’urologie du CHPG

Comment Monaco entend se positionner sur le marché des séniors

Découvrez comment une simple prise de sang peut réparer les os, les muscles ou la peau

Mis à jour le 01/12/2017 à 17:43 Publié le 01/12/2017 à 17:40
Le principe est simple: une prise de sang est pratiquée sur le patient. Le sang est centrifugé quelques minutes. Le concentré de plaquettes est séparé des globules rouges. C'est ce que concentré que le médecin récupère et dépose sur les tissus ou l'injecte.

Le principe est simple: une prise de sang est pratiquée sur le patient. Le sang est centrifugé quelques minutes. Le concentré de plaquettes est séparé des globules rouges. C'est ce que concentré que le médecin récupère et dépose sur les tissus ou l'injecte. Photo VM

Découvrez comment une simple prise de sang peut réparer les os, les muscles ou la peau

On connaissait le PRP né aux Etats-Unis à la fin des années 1990. De nombreux chirurgiens dentistes et orthopédistes l'utilisent pour la cicatrisation et la régénération des tissus. Un nouveau procédé séduit certains médecins de Monaco et sa région: le PRF.

Aux Thermes Marins Monte-Carlo, le Monaco Press Club a invité le docteur Joseph Choukroun, qui a conçu une variante de ce "concentré de sang" qui ne contient ni anticoagulant ni additif. Le médecin niçois était accompagné des deux chirurgiens orthopédistes - Michel Maestro et Martin Schramm d’IM2S - et du docteur...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct