“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Non, le prince Albert n'est pas hospitalisé au CHPG

TÉMOIGNAGE. "Je suis accro au sucre": Dominique a découvert qu'elle souffrait de...

La tombola a permis de récolter plus de 20 000 euros, grâce à des lots offerts par des partenaires.

Fight Aids : 40 000 euros pour la lutte contre le VIH

Gouvernement, mairie et ONG : trois entités symboliques pour signer un engagement qui ne l'est pas moins : la réduction significative du nombre de contaminations par le VIH.

La Principauté s'engage vers un avenir sans sida

Ce qu'il faut retenir de l'interview de la nouvelle directrice du CHPG

Comme la cocaïne et les jeux d'argent, l'addiction aux jeux vidéo classée maladie mentale par l'OMS

Mis à jour le 18/06/2018 à 17:39 Publié le 18/06/2018 à 17:27

Comme la cocaïne et les jeux d'argent, l'addiction aux jeux vidéo classée maladie mentale par l'OMS

L'addiction aux jeux vidéo a été "formellement reconnue" lundi comme une maladie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), au même titre que celle à la cocaïne ou aux jeux d'argent.

Le "trouble du jeu vidéo" a intégré la 11e version de la Classification internationale des maladies (CIM, en anglais ICD), première mise à jour globale de ce classement depuis le début des années 1990.

"Après avoir consulté des experts dans le monde entier, et avoir examiné la littérature de manière exhaustive, nous avons décidé que ce trouble devait être ajouté", a déclaré à l'AFP la direction du département de la Santé mentale et des toxicomanies de l'OMS.

"Certaines personnes en viennent à délaisser le sommeil et les repas"


Ce trouble est selon elle "un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d'autres centres d'intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables".

Pour établir le diagnostic, ce comportement extrême doit avoir des conséquences sur les "activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles", et "en principe, se manifester clairement sur une période d'au moins 12 mois".

"La personne joue tellement que d'autres centres d'intérêt et activités sont délaissées, y compris le sommeil et les repas", détaille encore l'OMS.

"Ce trouble ne touche qu'une petite minorité de joueurs"

De nombreux cas ont été décrits de joueurs compulsifs incapables de se détacher de leur ordinateur, appareil mobile ou console de jeu, au point d'abandonner toute vie sociale et de mettre en danger leur santé, mentale et/ou physique.

Quelque 2,5 milliards de personnes dans le monde jouent aujourd'hui aux jeux vidéos. Mais le trouble ne touche qu'une "petite minorité", a souligné l'OMS, rappelant que "nous ne disons pas que toute habitude de jouer aux jeux vidéo est pathologique".

à partir de 1 €


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres