“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

3 questions pour comprendre l'alcoolorexie, ce nouveau phénomène inquiétant qui touche les jeunes

Mis à jour le 28/10/2017 à 12:14 Publié le 28/10/2017 à 12:12
Du rosé (image d'illustration).

Du rosé (image d'illustration). Photo AFP

3 questions pour comprendre l'alcoolorexie, ce nouveau phénomène inquiétant qui touche les jeunes

Il sont de plus en plus nombreux à adopter ce nouveau comportement alimentaire afin de boire sans culpabilité. Le phénomène inquiète.

1. L'alcoolorexie, qu'est-ce que c'est?

Économiser des calories pour l'alcool c'est le principe de la "drunkorexia". Ce terme anglais - un mix entre "drunk" (saoul, en français) et "anorexia". En français, on appelle cela l'alcoolorexie.

Le terme désigne un trouble du comportement alimentaire qui consiste à réduire sauter des repas afin de boire sans culpabilité, puisque l'alcool contient du sucre, donc des calories et fait grossir.

2. Quelle est la population la plus touchée?

Le phénomène est loin d'être marginal et toucherait entre 10 et 30% des jeunes adultes, selon deux études réalisées aux États-Unis et en Italie. Aucune statistique ne quantifie encore le problème en France.

En théorie, l'alcoolorexie peut toucher les hommes comme les femmes. Même si, en réalité, ce trouble touche particulièrement les femmes, notamment les plus jeunes, âgées de 15 à 30 ans.

3. Pourquoi est-ce dangereux pour la santé?

"Les effets de l’alcool à jeun sont trois fois plus toxiques, notamment pour le cerveau", alerte le Pr Philippe Gorwoo, psychiatre addictologue, président du comité scientifique de la Fondation pour la recherche en alcoologie, au Dauphiné.

Une consommation massive d’alcool agresse les neurones et peut entraîner des difficultés de connexions, voire des lésions, note le quotidien.

Les adolescents, dont la construction cérébrale est en pleine maturation, sont particulièrement vulnérables.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres