“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Après une série de matches amicaux, le 7 octobre prochain, les seniors joueront leur première rencontre du championnat.

L'AS Monaco Rugby entre dans une autre dimension

Depuis la création de l'association il y a sept ans, 51 350 enfants ont été initiés à la pratique du rugby.

Du rugby, mais pas que…

Demain, venez découvrir le rugby en famille !

Rugby : demain journée portes ouvertes au val d'Anaud

 Une trentaine de joueurs avaient répondu à l'appel.	( Photos J.B)

Des joueurs très motivés

La grande famille du rugby mentonnais. 	(DR)

Opération séduction pour le RC Menton Webb Ellis

INTERVIEW. Herrero "croit qu’on dispense mal le jeu" de l'équipe de France de rugby

Mis à jour le 26/10/2017 à 07:47 Publié le 26/10/2017 à 07:44

INTERVIEW. Herrero "croit qu’on dispense mal le jeu" de l'équipe de France de rugby

Rencontré au Sportel à Monaco, l’homme au bandeau rouge nous a causé ovalie. Pittoresque !

Il est un joaillier des mots. Un artisan de la syntaxe. Une espèce de Compagnon du Vocabulaire. A 69 ans, Daniel Herrero a toujours le verbe haut et la langue bien pendue.

Figure emblématique sinon tutélaire de l’ovalie hexagonale, l’ancien troisième ligne centre de Toulon et Nice, était de passage au Sportel de Monaco, membre du jury du ‘‘meilleur livre de Sport’’.

Aussi avons-nous entrepris de croiser son chemin, malgré l’appréhension naturelle du profane qui se mêle d’interviewer un parangon de la mêlée française.
Ce fut un beau voyage avec pour thème le ‘‘pré’’.

Un défi aussi, dès lors qu’il vous plante son regard bleu acier les yeux dans les yeux et ne vous lâche pas, vaquant à un discours où la sincérité le dispute à la générosité.

Si bien qu’il frise parfois, un tantinet, la logorrhée. Mais ne lui dites surtout pas ! On serait bon pour un plaquage en règle, aussi sec, sans autre forme de procès...


Daniel, un petit mot d’abord, sur votre présence au Sportel ?
ça paraît d’abord une originalité, pour ne pas dire une chose incongrue que dans le cadre du Sportel où l’on valorise le sport, mais surtout l’image, la télévision pour ne pas dire le superficiel, l’éphémère et le grand marché, ils se sont aussi préoccupé de l’idée que le livre pouvait avoir un intérêt. ça les honore. Moi je suis ravi d’être là, d’ailleurs j’ai eu la chance d’avoir gagné ce prix il y a trois ou quatre ans.
Quand on dit de vous, ‘‘le philosophe et le poète’’ du rugby, ça vous résume ou ça vous agace ?
Ah...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct