“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ces trois raisons qui prouvent que le chien est notre meilleur ami

Et si vous pouviez dissuader quelqu'un de mourir?

Couples séparés: comment gérer sereinement les vacances des enfants

DOSSIER. Comment gérer ses émotions pour se sentir bien au travail? Les bons con...

La phobie, une maladie pas honteuse et que l'on peut soigner

Comment éviter le burn-out parental?

Mis à jour le 28/01/2017 à 16:02 Publié le 28/01/2017 à 21:00
Pères et mères sont égaux devant le risque de burn-out parental

Pères et mères sont égaux devant le risque de burn-out parental Franz Chavaroche

Comment éviter le burn-out parental?

L'impression d'être vidé de toute son énergie, irritabilité... voilà des signaux à ne pas négliger pour éviter de sombrer. Moïra Mikolajczak et Isabelle Roskam, docteurs en psychologie, expliquent comment s'en sortir. Elles viennent de publier un livre et recommandent une application pour smartphone.

C'est quoi le problème?

Epuisement physique et moral, le burn-out parental touche aussi bien les mères que les pères.  "Il arrive que des parents soient tellement au fond du trou qu'ils songent à disparaître, à partir au bout du monde, voire à se supprimer, explique Isabelle Roskam. Il est alors impératif de consulter un professionnel et de se faire aider pour ne pas tomber dans une dépression. Les conséquences individuelles sont flagrantes, mais le burn-out peut aussi retentir sur le couple, sur les enfants, avec un risque de négligence voire de maltraitance, parce que la personne n'aura plus envie de s'occuper d'eux."

Moïra Mikolajczak et Isabelle Roskam, toutes deux docteurs en psychologie, professeurs à l'université de Louvain et mamans, viennent de publier "Le Burn-out parental : l'éviter et s'en sortir." Elles décryptent les causes de ce mal qui ronge insidieusement tant de pères et mères. Parmi les facteurs de risques: le perfectionnisme est prépondérant. "À force de vouloir tout faire à la perfection, le parent se met une pression insupportable. Il est sur tous les fronts : il veut donner la meilleure nourriture à son enfant, l'emmener à plein d'activités, etc. Une phase précède le burn-out , c'est le burn-in: pendant cette période, la personne est euphorique, donne tout, mais finalement, ça ne fonctionne pas à chaque fois. Cela génère donc d'importantes frustrations, car elle n'arrive pas à atteindre son idéal. Puis vient l'épuisement faute de réussir à lâcher prise, à déléguer." Comment éviter de sombrer? En repérant les signaux d'alerte.

Detecter les signaux d'alerte

"La fatigue, l'irritabilité sont typiques, explique Isabelle Roskam. Il est possible de se rendre compte par soi-même qu'on glisse doucement vers le burn-out . On est épuisé, on n'arrive pas à s'endormir le soir à cause de pensées intrusives : on réfléchit à tout ce qu'on a à faire le lendemain. Parfois, certains adoptent des comportements proches de l'addiction : ils vont boire, fumer. Une jeune mère me racontait ainsi qu'elle était passée de 3 cigarettes à deux paquets par jour. Parce qu'elle fumait sur son balcon et que finalement, ces moments lui permettaient de « s'échapper » de chez elle. À ce stade, il est possible de s'arrêter, de réfléchir et par exemple noter sur une feuille toutes les choses dont on peut s'alléger. C'est le moment de passer le relais, de demander de l'aide."

Le conjoint peut-il voir venir le burn-out ? "Oui, mais pas toujours, car les perfectionnistes vont tout faire pour réussir à remplir leurs objectifs. Parfois, ils peuvent même entretenir une forme d'illusion de transparence : ils pensent que le conjoint a remarqué qu'ils étaient en peine, alors que ce n'est pas le cas. D'où l'importance de communiquer et de dire lorsque l'on est à bout."

Une appli pour s'aider et éloigner le spectre du burn-out

Moïra Mikolajczak et Isabelle Roskam ont voulu apporter un début de réponse à ceux qui se sentent au bord du précipice. Pour leur éviter de basculer, et aussi pour les rassurer. Elles conseillent une application à télécharger sur son smartphone: "Dr Mood Burnout parental". Disponible sur Android et IOS, elle permet de se tester et indique si on a un risque de tomber dans le burn-out.

Au-delà de cette étape de "diagnostic", elle propose un "coaching" pour aider les parents à reprendre pied par le biais de petits exercices pour (ré-)apprendre à voir le positif dans toute chose. 

Attention, rien ne remplacera le dialogue avec un spécialiste. En cas de trouble installé, il faut impérativement consulter. « Cette démarche peut être difficile, car les gens ont honte de ne plus ressentir de plaisir dans leur rôle de père ou de mère. Cela vient à l'encontre des attentes sociales très positives liées à la parentalité. Pour preuve, lorsqu'un enfant naît, on félicite les parents. Jamais on ne leur dit "Bon courage" ou "Navré que vous ayez perdu votre liberté d'avant" », souligne Isabelle Roskam. Cette dernière n'a par exemple jamais souffert de burn-out , malgré sa vie bien remplie et ses cinq enfants. Moïra Mikolajczak explique en revanche dans le livre avoir glissé vers l'épuisement après la naissance de sa fille, puis en être sortie. Preuve que personne n'est à l'abri !

Un site, pour en savoir plus

à partir de 1 €


La suite du direct