“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'équipe du conservatoire attend anciens et nouveaux élèves dans le palais de May.	(A.P.-B.)

Beaulieu : le conservatoire vise une rentrée sereine

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Un document administratif en débat au conseil de La Turbie

Mis à jour le 13/07/2016 à 05:04 Publié le 13/07/2016 à 05:04
André-François Pellegrin, Séverine Faye et Jean-Philippe Gispalou ont interpellé Jean-Jacques Raffaele sur le nouveau règlement du conseil municipal. Même si ce n'est pas une obligation, La Turbie comptant moins de 3 500 habitants.

André-François Pellegrin, Séverine Faye et Jean-Philippe Gispalou ont interpellé Jean-Jacques Raffaele sur le nouveau règlement du conseil municipal. Même si ce n'est pas une obligation, La Turbie comptant moins de 3 500 habitants. Photo NHF

Un document administratif en débat au conseil de La Turbie

C'est un document d'une dizaine de pages. Il doit « fixer un cadre à nos échanges » en séance du conseil municipal, explique Jean-Jacques Raffaele, le maire de La Turbie.

L'approbation d'un règlement intérieur du conseil municipal a été actée, lundi soir par les élus de la commune. Non sans quelques débats entre l'opposition et le maire. Deux éléments chiffonnent Jean-Philippe Gispalou. D'abord, l'article concernant les interventions des membres du conseil, qui dispose qu'« au-delà de cinq minutes d'intervention, le maire peut interrompre l'orateur et l'inviter à conclure très brièvement ».

« De la censure »

« Cinq minutes, là on ne rentre plus...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct