“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Stéphane Travert: "Ça commence à bien faire d’opposer sans cesse environnement et agriculture"

Mis à jour le 21/07/2017 à 11:10 Publié le 21/07/2017 à 11:30

Stéphane Travert: "Ça commence à bien faire d’opposer sans cesse environnement et agriculture"

Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Stéphane Travert était l’invité ce vendredi de Territoires d'Infos, la matinale de Sud Radio et Public Sénat présentée par Cyril Viguier, avec le groupe Nice-Matin.

"Il n’est plus possible de tolérer cette situation". Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Stéphane Travert a évoqué l’ouverture ce jeudi des États généraux de l'alimentation, mettant l’accent sur les conditions de travail très difficiles des agriculteurs, "ces gens qui se lèvent tôt et gagnent peu".

Selon lui, cette grande consultation a vocation à s’exporter au niveau européen. "On ne limite pas notre réflexion aux seules frontières françaises. On attend les propositions qui nous arriveront d’ici la fin du mois de septembre pour entamer des négociations avec nos partenaires européens", a déclaré le ministre qui rencontrera par ailleurs dans les prochains jours ses homologues irlandais et espagnol.

Pour le ministre, deux leviers d’actions sont notamment à activer assez rapidement: la promotion des produits français dans les grandes surfaces et le lancement d’une "nouvelle campagne de promotion sur les fruits pour que les Français consomment des fruits et légumes". "La campagne des cinq fruits et légumes par jour avait eu des résultats au début, mais il faut relancer tout ça", précise-t-il.

"Je ne suis pas un ennemi du loup"

Le ministre est également longuement revenu sur la décision des pouvoirs publics d’autoriser l’abattage d’une quarantaine de loups, sujet sensible qui oppose notamment éleveurs et défenseurs de la biodiversité et de l’environnement.

"J’ai rencontré ce matin même des éleveurs de l’Aveyron qui ont subi des attaques hier encore. Je suis pas un ennemi du loup, mais je veux qu’on tende vers un objectif de zéro attaque. (…) Des choix ont été faits ces dernières années de réintroduire les loups dans les massifs, aujourd’hui on constate que ces populations ont augmenté", note-t-il.

>> LIRE AUSSI. 40 loups pourront être abattus pour 2017 et 2018, soit quatre de plus que la période précédente

"Avec Nicolas Hulot, nous avons d’excellentes relations"

Ce sujet pourrait-il voir Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, monter au créneau contre son collègue du gouvernement, comme sur le cas des pesticides tueurs d’abeilles récemment? Selon Stéphane Travert, il n’y aura aucun problème.

"Nous avons d’excellentes relations, on travaille bien tous les deux. Nous sommes mus par le même objectif: que ce gouvernement réussisse. Ça commence à bien faire d’opposer sans cesse environnement et agriculture ou industrie. Chacun est dans son rôle et on essaye de trouver des accords gagnant-gagnant", assure-t-il.

Le ministre de 47 ans a ensuite reconnu que son ministère devrait très probablement se plier à une cure budgétaire, dans un contexte économique tendu pour tout le gouvernement. "On doit présenter une copie budgétaire au Premier Ministre et on a déjà eu une première réunion avec Gérald Darmanin cette semaine. On va surtout dépenser mieux. On va devoir faire des efforts, mais il y a une autre façon de dépenser les crédits. Tenir les objectifs du président de la République reste ma seule boussole", annonce-t-il.

"Il aura manqué un récit au quinquennat de François Hollande"

Enfin, celui qui est également député (LREM) de la 3ème circonscription de la Manche a eu un mot pour François Hollande et le bilan de son quinquennat, qu’il juge contrasté.

"François Hollande aura été le président qui a vécu les attentats qui ont endeuillé notre pays sur le sol français. Il s’est révélé être un président qui savait décider dans des moments difficiles comme ça. Pour le reste, il a manqué un récit à ce quinquennat: savoir ce que la majorité voulait faire et là où elle voulait emmener les Français. Mais je pense qu’il restera comme le président qui aura su gérer avec efficacité, humilité et fermeté les attentats terroristes", a-t-il reconnu.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres