“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Coup de pouce aux retraités: "Ça sent le bricolage" selon Éric Coquerel

C'est la loi, le conseil municipal doit évoquer les actions entreprises à la suite du rapport de la Cour des comptes.

Gestion des comptes : match retour à Villefranche-sur-Mer

Pour le doyen Daniel Boéri, les deux candidats "peuvent gagner" l'élection du conseil National à Monaco

Mis à jour le 27/04/2016 à 05:01 Publié le 27/04/2016 à 11:54
"Nous sommes dans un conflit affectif et symbolique, comme une querelle de famille."

"Nous sommes dans un conflit affectif et symbolique, comme une querelle de famille." DR

Pour le doyen Daniel Boéri, les deux candidats "peuvent gagner" l'élection du conseil National à Monaco

L'élection du président du Conseil national va opposer, ce soir, Laurent Nouvion à Christophe Steiner. Le doyen veut rester serein et impartial pour conduire une situation inédite

La tension est à son comble. C'est une sorte de combat fratricide que se livrent, dans les murs du Conseil national, Laurent Nouvion et Christophe Steiner. Le président actuel cédera-t-il son fauteuil à son vice-président ? On le saura ce soir, lors d'une séance publique historique - puisque cette situation est encore inédite - et qu'ouvrira Daniel Boéri.

Dans un contexte électrique, le doyen des conseillers nationaux veut porter la voie de l'apaisement. Après le dépouillement des bulletins (en faveur de Laurent Nouvion, Christophe Steiner, blancs ou nuls ; des candidatures sur le siège, certes possibles, étant très peu probables), c'est lui qui annoncera le nom du président du Conseil national, élu pour un an.

À quelques heures de l’élection, comment abordez-vous cette séance publique?
Avec sérénité et comme objectif que le Conseil national, en dépit des querelles de famille, sorte plus fort qu’on ne pourrait le penser. Beaucoup de Monégasques ne comprennent pas ce qui se passe.

Comment perçoivent-ils la situation?
Les gens s’interrogent et s’inquiètent. Ils n’ont pas forcément suivi l’actualité du Conseil national. Ils prennent conscience des choses mais ils ne discernent pas la...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct