“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Eric Ciotti: "Christian Estrosi a fui le débat qu'il devait aux militants LR"

"100 millions d'euros d'excédents de budget" à Monaco, d'après le président de l...

"Ils l'ont dit" : les déclarations des différents conseillers nationaux lors de ...

Stéphane Valeri assure que le Conseil national est "partenaire" du gouvernement

CHPG, îlot Pasteur, Jardins d'Apolline..., le ministre des Finances, Jean Castel...

On vous dit pourquoi le prince Albert II a reçu la médaille de la Tolérance

Mis à jour le 07/03/2018 à 09:05 Publié le 07/03/2018 à 08:59
Agence MonacoECTR European Council on Tolerance and Reconciliation à Monaco en présence du Prince Albert II, Tony Blair & Moshe Kantor

Agence MonacoECTR European Council on Tolerance and Reconciliation à Monaco en présence du Prince Albert II, Tony Blair & Moshe Kantor Photos Michael Alesi

On vous dit pourquoi le prince Albert II a reçu la médaille de la Tolérance

Tony Blair et l’entrepreneur et philanthrope le docteur Moshe Kantor ont salué l’action du souverain dans le cadre du Conseil européen pour la Tolérance et la Réconciliation

Partager les réflexions sur la lutte contre l’extrémisme et l’intolérance. C’était l’objectif des hommes et des femmes réunis hier au salon Bellevue du Café de Paris. Parmi eux, le prince Albert II, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair et le docteur honoris causa Moshe Kantor.
Dans le cadre du Conseil européen pour la Tolérance et la Réconciliation (ECTR), vingt-deux nationalités étaient représentées et plusieurs experts, décideurs politiques – notamment l’ancienne Garde des Sceaux Rachida Dati (lire ci-dessous) – et autres universitaires ont animé des tables rondes sur "la menace de la radicalisation".

"Il faut se rendre à l’évidence"

La rencontre fut également l’occasion de décerner la médaille européenne 2018 de la Tolérance au souverain monégasque qui a reconnu la déportation de juifs à Monaco durant la Seconde guerre mondiale. Moshe Kantor, cofondateur et président du ECTR, a salué les positions du prince Albert II, aux côtés de Tony Blair, qui dirige ce Conseil.

"L’extrémisme et l’intolérance proviennent de nombreux facteurs: la discrimination et l’injustice, réelles ou perçues; la marginalisation; le sentiment de désespoir et d’inutilité; le déni d’identité, a souligné le souverain dans son discours inaugural. La radicalisation, le discours de haine en ligne, et les modèles d’intégration des migrants: il faut se rendre à l’évidence, aucun pays n’est aujourd’hui à l’écart de telles problématiques."

"Protection des personnes vulnérables"

Et de souligner l’action conduite à Monaco: "Dans la continuité de la voie engagée par ses princes, je donne à mon gouvernement les orientations nécessaires pour que la Principauté promeuve une politique axée sur la coopération internationale, le dialogue, la protection et la promotion des droits des personnes vulnérables, des populations civiles et des minorités, le respect et le renforcement du droit international public, le respect mutuel et un développement durable inclusif, dans le but de parvenir à une paix, cultivant le dialogue et le compromis."

C’est aussi pour tout cela que le prince Albert II a reçu cette haute distinction.


La suite du direct