“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une séance estivale, malgré tout très chargée pour les conseillers municipaux !

Un conseil municipal avant tout très social

VIDEO. Un collaborateur de Macron filmé en train de frapper un manifestant à Par...

Lors d'une cérémonie en juin, la 27e brigade d'infanterie de montagne à Gap a donné à la promotion nationale des engagés volontaires des chasseurs alpins 2018 le nom de François Ratto.	(DR)

Un soldat roquebrunois de 14-18 fait citoyen d'honneur à titre posthume

Le maire de Menton, Jean-Claude Guibal.	
	(Archive photo 
	Jean-François Ottonello)

Menton annonce un été haut en couleurs Encore plus d'activités pour les jeunes

Non, le prince Albert II n'est pas hospitalisé au Centre hospitalier Princesse-G...

Marc-Philippe Daubresse restera "quoiqu'il arrive" au sein des Républicains

Mis à jour le 27/09/2017 à 11:02 Publié le 27/09/2017 à 11:02

Marc-Philippe Daubresse restera "quoiqu'il arrive" au sein des Républicains

Le prochain président de LR devra avoir "une position centrale", pour Marc-Philippe Daubresse, invité ce mercredi matin de Territoires d'Infos, la matinale de Public Sénat présentée par Cyril Viguier avec le groupe Nice-Matin et les Indés Radios.

Le nouveau sénateur, et ancien ministre de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, a déclaré sur Public Sénat qu’il resterait dans son parti, "quoiqu’il arrive", à l’issue de l’élection de décembre.

"Incarner l’unité et la clarté par rapport à nos valeurs"

Sans préjuger du contenu des programmes des six candidats déclarés à la présidence, Marc-Philippe Daubresse a néanmoins dressé le portrait-robot du candidat idéal. "Celui incarnera l’unité et la clarté par rapport à nos valeurs, je le soutiendrai", a-t-il prévenu.

Arrivé de l’UDF lors de la création de l’UMP, le sénateur du Nord a précisé qu’il fallait "une position centrale dans ce mouvement". Un savant mélange entre "l’autorité le régalien d’un côté, mais en même temps une vision sociale et populaire", selon lui.

Un message implicite au favori de l’élection, Laurent Wauquiez, que certains à droite accusent de jouer sur le créneau d’une droite dure.

à partir de 1 €


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres