“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Eric Ciotti: "Christian Estrosi a fui le débat qu'il devait aux militants LR"

"100 millions d'euros d'excédents de budget" à Monaco, d'après le président de l...

"Ils l'ont dit" : les déclarations des différents conseillers nationaux lors de ...

Stéphane Valeri assure que le Conseil national est "partenaire" du gouvernement

CHPG, îlot Pasteur, Jardins d'Apolline..., le ministre des Finances, Jean Castel...

Le Front national en tête dans six régions

Mis à jour le 07/12/2015 à 05:12 Publié le 07/12/2015 à 05:12
La présidente du parti d’extrême droite peut se targuer de résultats dépassant les 50 % dans certaines communes.

La présidente du parti d’extrême droite peut se targuer de résultats dépassant les 50 % dans certaines communes. PQR/LeParisien

Le Front national en tête dans six régions

Nouvelle percée historique : 30 % des suffrages, en tête dans six régions La gauche se retire en Nord-Pas-de-Calais - Picardie et en Paca Nicolas Sarkozy : « Ni retrait, ni fusion de listes »

Cette fois, les sondages ne s'étaient pas trompés. Ils avaient annoncé un Front national au plus haut, non seulement en Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nord-Pas-de-Calais - Picardie - les deux régions sur lesquelles la formation d'extrême droite avait concentré ses efforts -, mais dans l'ensemble du pays. Et c'est bien un résultat historique qu'a réalisé hier le parti fondé par Jean-Marie Le Pen : avec 30 % des suffrages, en moyenne, au niveau national, soit près de 7 millions de voix. à titre de comparaison, lors du « coup de tonnerre » à l'élection présidentielle de 2002, Jean-Marie Le Pen en avait rassemblé 4,8 millions.

Large avance

Résultat : alors que les sondages les plus favorables le voyaient en tête au 1er tour dans trois à cinq régions métropolitaines (sur treize au total), c'est finalement le cas dans six : Paca et Nord-Picardie, donc, mais aussi Alsace- Lorraine - Champagne-Ardenne, Bourgogne - Franche-Comté, Languedoc-Roussillon - Midi-Pyrénées, et même, ce que personne n'avait imaginé, Centre - Val-de-Loire. Ne laissant à la gauche, qui détenait depuis la « vague rose » de 2010 toutes les régions (alors au nombre de 22) à l'exception de l'Alsace, que deux de ses plus anciens fiefs : la Bretagne et Aquitaine - Limousin - Poitou-Charente. Et à la droite, qui espérait une reconquête qui lui aurait permis prendre rendez-vous pour l'élection présidentielle de 2017, quatre victoires annoncées : Île-de-France, Normandie, Pays-de-la-Loire et Auvergne - Rhône-Alpes.

Avec, qui plus est, souvent une large avance sur ses concurrents : plus de 40 % en Nord-Pas-de-Calais - Picardie, selon plusieurs estimations, contre 24 % aux Républicains-UDI-Modem et moins de 20 % au PS-MRC-PRG. Même scénario en Paca (lire en page 2) et en Alsace - Lorraine - Champagne-Ardenne (FN 35...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct