“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'équipe du conservatoire attend anciens et nouveaux élèves dans le palais de May.	(A.P.-B.)

Beaulieu : le conservatoire vise une rentrée sereine

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Le Conseil national vote en toute logique la loi sur la sécurité

Mis à jour le 07/07/2016 à 05:05 Publié le 07/07/2016 à 05:05
Patrice Cellario, conseiller de gouvernement-ministre de l'Intérieur, a expliqué la position nette du gouvernement.

Patrice Cellario, conseiller de gouvernement-ministre de l'Intérieur, a expliqué la position nette du gouvernement. J.D.

Le Conseil national vote en toute logique la loi sur la sécurité

Le Conseil national n'a pu que voter, hier soir, en faveur du projet de loi sur la sécurité. Les élus ont toutefois pointé du doigt l'article 16 qui « cristallise à lui seul tous les problèmes de ce texte »

Être protégé oui, bien sûr, mais pas au prix de la vie privée et des libertés individuelles. Tel était en substance, hier soir dans l'hémicycle, les propos des conseillers nationaux après la lecture du rapport de Thierry Poyet sur la loi relative à la sécurité. Il fut question de lutter contre le terrorisme mais aussi de doter les personnels de la Sûreté publique d'un cadre juridique renforcé dans l'exercice de leurs missions de police administrative. Alors, la loi n° 944 a été votée, hier. Car, comme le ministre d'État le dit - les élus sont eux aussi convaincus : « Le monde entier fait aujourd'hui face au terrorisme et à des menaces nouvelles. Et Monaco n'échappe pas à...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct