“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Coup de pouce aux retraités: "Ça sent le bricolage" selon Éric Coquerel

C'est la loi, le conseil municipal doit évoquer les actions entreprises à la suite du rapport de la Cour des comptes.

Gestion des comptes : match retour à Villefranche-sur-Mer

Le collège Bellevue refuse des suppressions de classes

Mis à jour le 24/01/2017 à 05:10 Publié le 24/01/2017 à 05:10
Parents et enseignants se sont mobilisés hier matin pour dénoncer la décision de l'Académie de basculer l'établissement de la catégorie 3 à la catégorie 2, ce qui entraînerait une augmentation des effectifs d'élèves par classe.

Parents et enseignants se sont mobilisés hier matin pour dénoncer la décision de l'Académie de basculer l'établissement de la catégorie 3 à la catégorie 2, ce qui entraînerait une augmentation des effectifs d'élèves par classe. Jean-François Ottonello

Le collège Bellevue refuse des suppressions de classes

Aux côtés du maire Gérard Spinelli, les enseignants et les parents ont manifesté leur inquiétude de voir les classes passer de 26 à 29 élèves à la rentrée prochaine

Deux heures de grève et manifestation pour dénoncer la fermeture de trois classes à la rentrée 2 017. C'était hier matin, entre 10 heures et midi au collège Bellevue de Beausoleil.

Un établissement discret mais atypique, rassemblant « 532 élèves, 26 nationalités différentes et 60 % de familles défavorisées », selon Ludovic Checchi, professeur d'EPS et membre élu représentant les enseignants. Autant de foyers en difficulté sociale, « c'est deux fois plus que la moyenne...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct