“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'équipe du conservatoire attend anciens et nouveaux élèves dans le palais de May.	(A.P.-B.)

Beaulieu : le conservatoire vise une rentrée sereine

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Laurent Nouvion et sa garde rapprochée au front

Mis à jour le 06/04/2016 à 05:07 Publié le 06/04/2016 à 05:07
Entouré par quatre élus de la majorité, Laurent Nouvion a reçu la presse hier midi.

Entouré par quatre élus de la majorité, Laurent Nouvion a reçu la presse hier midi. Photo Sébastien Botella

Laurent Nouvion et sa garde rapprochée au front

À quinze jours de l'ouverture « explosive » de la session de printemps, le président du Conseil national s'est montré serein hier devant la presse, égrenant les dossiers à l'étude

La nature n'aime pas toujours le changement, glisse Laurent Nouvion au détour d'une phrase. Une semaine après la déclaration d'intention de Christophe Steiner de briguer la présidence le 27 avril prochain, l'actuel président du Conseil national a tenu hier une longue conférence de presse entouré de quatre élus de la majorité (Béatrice Fresko, Jacques Rit, Christian Barilaro et Daniel Boéri) pour brosser les sujets législatifs qui feront l'actualité de la session de printemps de la Haute assemblée.

Mais les élus fidèles à Laurent Nouvion étaient surtout présents pour dénoncer la « conspiration » dont ils se disent victimes. Un « putsch » pour Jacques Rit, qui se fomente dans les arcanes de l'assemblée.

«Démarche irresponsable»

« C'est une chasse à l'homme dans laquelle Laurent Nouvion est visé, sans qu'ils s'expliquent sur leurs raisons », lance Christian Barilaro. Qui évoque « une trahison de la part du vice-président qui ne nous a pas informés de ses intentions au sein de la majorité. Il dit être porteur d'un message qu'il entend dans la rue mais, pour moi, c'est une prise en otage des Monégasques dans ce débat qui devrait être au sein de vingt-quatre élus ».

« La méthode...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct