“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Rassemblement national et emplois fictifs: la justice réduit le montant de la sa...

Jean-Marie Le Pen hospitalisé à la suite d'une fièvre persistante

L'équipe du conservatoire attend anciens et nouveaux élèves dans le palais de May.	(A.P.-B.)

Beaulieu : le conservatoire vise une rentrée sereine

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

L'ancien conseiller de gouvernement José Badia, engagé en politique, perd son titre de ministre plénipotentiaire

Mis à jour le 17/11/2017 à 19:12 Publié le 17/11/2017 à 19:01
M.Badia voeux ambassadeurs

M.Badia voeux ambassadeurs photo DR.

L'ancien conseiller de gouvernement José Badia, engagé en politique, perd son titre de ministre plénipotentiaire

Le titre de ministre plénipotentiaire sera retiré, à compter du 20 novembre, à José Badia, qui l’avait reçu en 2015.

La raison ? L’ancien conseiller de gouvernement pour les Relations extérieures et la Coopération, retraité depuis deux ans, a choisi de s’inscrire parmi les soutiens référents dès le départ du mouvement Priorité Monaco (Primo!) lancé par Stéphane Valeri pour les élections nationales.

A la lecture du Journal de Monaco, ce vendredi, on imagine que la haute autorité du pays a jugé qu’il y avait confusion des genres. En effet, l’ordonnance souveraine n°6.637 rendue publique dans le bulletin officiel de la Principauté, abroge le deuxième alinéa de l’ordonnance souveraine n°5.196 du 4 février 2015 qui conférait à José Badia le titre de «ministre plénipotentiaire», reçu au terme de son mandat comme conseiller de gouvernement, en février 2015.

Entre les lignes, au Palais princier, on décrypte le texte en expliquant que "le prince a pris acte de l’engagement politique pris par Monsieur José Badia, lequel constitue une décision éminemment respectable". Avant de détailler que "le titre de ministre plénipotentiaire est de nature exécutive et/ou diplomatique, dans le droit fil de la politique mise en œuvre par le gouvernement princier sous la haute autorité du prince.

Ce titre n’apparaît pas donc conciliable avec un engagement de cette nature". Et de rappeler que "la réserve et la neutralité s’imposent à la haute fonction publique".

Sollicité par téléphone ce vendredi matin, José Badia indiquait ne pas encore avoir pris connaissance de l’ordonnance souveraine. En fin d’après-midi, c’est par écrit que intéressé a réagi à cette décision, estimant qu’il s’agit "d’un simple ajustement technique".

Dans son message, l’ancien conseiller de gouvernement ajoute que "le titre honorifique de ministre plénipotentiaire ressortant du cadre de l'exécutif, il est important, en effet, d’éviter que l’on considère ma présence comme une forme d’ingérence d’un pouvoir dans l’autre, dès lors que je me positionne aujourd’hui comme candidat de Primo!. J’approuve cette mesure que j’estimais souhaitable et opportune, car elle m’offre une indépendance et une liberté qui me seront précieuses dans le cadre des futures élections".

Dans la fonction publique monégasque, le titre - accordé par ordonnance souveraine - honore le haut fonctionnaire qui le reçoit pour son engagement au sein d’une mission et bons services rendus à l’Etat. Ils ne sont aujourd'hui plus que quatre à le détenir.


La suite du direct