“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Eric Ciotti: "Christian Estrosi a fui le débat qu'il devait aux militants LR"

"100 millions d'euros d'excédents de budget" à Monaco, d'après le président de l...

"Ils l'ont dit" : les déclarations des différents conseillers nationaux lors de ...

Stéphane Valeri assure que le Conseil national est "partenaire" du gouvernement

CHPG, îlot Pasteur, Jardins d'Apolline..., le ministre des Finances, Jean Castel...

La tension monte

Mis à jour le 17/01/2016 à 05:06 Publié le 17/01/2016 à 05:06
Pour retrouver notre dossier complet sur le loup, rendez-vous sur nicematin.com et #monjournal, l'offre abonnés.

La tension monte

A Nice aujourd'hui et à Lyon hier, les pro-loups descendent dans la rue pour dire « non » à l'abattage. De leur côté, les éleveurs défendent les tirs pour limiter les pertes sur leurs troupeaux

Utelle, juste avant Noël. Une louve est abattue par un chasseur. Depuis le 1er juillet, c'est le 14 e animal tué dans les Alpes-Maritimes. « La brigade loups mise en place par Ségolène Royal est notamment intervenue à Isola, où trois bêtes ont été prélevées. La situation était devenue intenable », commente Véronique Laurent-Albesa, la sous-préfète Nice-montagne. Et d'ajouter : « Le but, c'est de conserver une espèce protégée tout en permettant aux éleveurs ovins d'exercer leur activité professionnelle. Si 36 loups sont prélevés en France, l'espèce n'est pas en danger. »

Mais ce n'est pas l'avis des défenseurs de Canis lupus, regroupés au sein du...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct