“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Eric Ciotti: "Christian Estrosi a fui le débat qu'il devait aux militants LR"

"100 millions d'euros d'excédents de budget" à Monaco, d'après le président de l...

"Ils l'ont dit" : les déclarations des différents conseillers nationaux lors de ...

Stéphane Valeri assure que le Conseil national est "partenaire" du gouvernement

CHPG, îlot Pasteur, Jardins d'Apolline..., le ministre des Finances, Jean Castel...

Jean-Louis Grinda commente les raisons de l'alliance ratée entre Union Monégasque et Horizon Monaco

Mis à jour le 06/12/2017 à 21:40 Publié le 06/12/2017 à 21:38
 Jean-Louis Grinda.

Jean-Louis Grinda. Photo Cyril Dodergny

Jean-Louis Grinda commente les raisons de l'alliance ratée entre Union Monégasque et Horizon Monaco

En préambule ce mercredi soir de leur réunion publique, l’équipe d'Union Monégasque est revenue sur le refus d’Horizon Monaco de faire liste commune.

"C’est la vie politique, ça ne peut pas être un tapis de roses. Ils ne voulaient pas de cette union, je le déplore", a commenté Jean-Louis Grinda. "Nous pensions et nous le pensons toujours que nous ce qui nous séparait était moins fort que ce qui pourrait nous unir", continue la tête de liste qui assure que ni les divergences sur l’Europe, ni les tweets de Bernard Pasquier n’ont pesé dans la décision.

>>LIRE AUSSI. Horizon Monaco dit "non" à l'alliance avec Union Monégasque pour les élections nationales

Il impute les raisons de cet échec seulement au fait qu’Horizon Monaco n’a pas souhaité faire une parité à douze sièges de chaque groupe pour une liste commune.

"Nous nous sommes vus depuis début octobre avec Madame Fresko pour évoquer une alliance. Au fond, les négociateurs ont constaté qu’il n’y avait pas d’opposition de programme. Le seul point qui a achoppé, c’est une question de nombre. Nous voulions une union paritaire. Elle m’a proposé quatre places. Puis il y a eu de la surenchère: six puis sept, ça a failli être huit".

Les deux camps se sont ensuite vus le 2 décembre pour tenter de trouver un accord.

"J’ai eu un message me disant que c’était d’accord le samedi soir. Puis le dimanche à 19 heures, un message qui me disait l’inverse. Bref, nous avions parlé pour rien depuis des mois. Cette manœuvre dilatoire pour faire poireauter n’a pas été très sympathique" a conclu le candidat. 


La suite du direct