“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Coup de pouce aux retraités: "Ça sent le bricolage" selon Éric Coquerel

C'est la loi, le conseil municipal doit évoquer les actions entreprises à la suite du rapport de la Cour des comptes.

Gestion des comptes : match retour à Villefranche-sur-Mer

Les discours se sont tenus au Palais de l'Europe.

J.-C. Guibal : ode au corps militaire

Eric Ciotti: "Christian Estrosi a fui le débat qu'il devait aux militants LR"

"100 millions d'euros d'excédents de budget" à Monaco, d'après le président de l...

Jardins d'Apolline: le gouvernement "ne regarde pas à la dépense"

Mis à jour le 04/08/2017 à 11:17 Publié le 04/08/2017 à 05:03
La résidence les Jardins d'Apolline à Monaco

La résidence les Jardins d'Apolline à Monaco Photo JFO

Jardins d'Apolline: le gouvernement "ne regarde pas à la dépense"

Lors d'une conférence de presse hier, le gouvernement a rappelé les mesures financières en faveur des résidents d'Apolline, et a dévoilé le montant des indemnités de relogement

Les résidents des Jardins d'Apolline sont des sinistrés. Et le gouvernement entend bien les considérer en tant que tel, et leur apporter son soutien. C'est du moins le message qu'a relancé hier le gouvernement en invitant la presse à faire le point avec le maître des deniers, le conseiller de gouvernement ministre des Finances, Jean Castellini, entouré de Rémy Rolland, administrateur des domaines, et d'Albert Croesi, en charge de la gestion de cette crise.

Jean Castellini a rappelé les mesures énoncées par le ministre d'État à l'auditorium le 21 juin dernier, à savoir : gratuité des loyers pour les mois de juin, juillet et août, c'est-à-dire la "période estimée de rétablissement de la potabilité de l'eau", puis des loyers réduits de 50 %. 

"La potabilité a été rétablie plus vite, et c'est tant mieux, mais nous ne revenons pas sur cet engagement", détaille le conseiller...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct