“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il ne sera "pas facile" de travailler avec Laurent Wauquiez, prévient Hervé Marseille

Mis à jour le 03/10/2017 à 10:47 Publié le 03/10/2017 à 10:47

Il ne sera "pas facile" de travailler avec Laurent Wauquiez, prévient Hervé Marseille

Invité de Territoires d’Infos, la matinale de Public Sénat présentée par Cyril Viguier avec le groupe Nice-Matin et les Indés Radios, le président du groupe Union centriste au Sénat a déclaré que le centre était "préoccupé" par la ligne de Laurent Wauquiez.

Plus la victoire de Laurent Wauquiez chez les Républicains semble acquise, plus le centre s’interroge sur ses futures relations avec le grand parti de droite. Invité de Territoires d’Infos, Hervé Marseille ne masque pas les doutes qui s’emparent de sa famille.

Pourrait-il travailler aux côtés de Laurent Wauquiez? "Ce n’est pas facile", répond après un petit silence le sénateur des Hauts-de-Seine. Il affirme que l’on "peut craindre" une ligne de tous les excès. Le centriste remet sur la table le second tour de la présidentielle: "Je fais partie de ceux qui n’ont pas hésité à voter pour Emmanuel Macron. Laurent Wauquiez, on attend toujours de savoir ce qu’il a fait. Cela ne prédispose pas à avoir une confiance naturelle."

"Un très large espace à aménager" entre LR et REM

Rappelant qu’en 2002 plusieurs centristes ont progressivement quitté l’UDF pour l’UMP, Hervé Marseille constate qu’aujourd’hui "des libéraux et des centristes font le chemin inverse".

Entre Les Républicains, "un parti qui de plus en plus ne rassemble que la droite", et La République en marche, le sénateur décrit un "très large espace qu’il convient d’aménager", et auquel l’exécutif ne semble guère s’intéresser selon lui. Les débats internes dans les deux chambres parlementaires en sont une illustration pour Hervé Marseille. "Il y a des gens qui ont montré leur autonomie et leur liberté, à l’Assemblée comme au Sénat", insiste-t-il.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres