“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Gérard Longuet, sénateur LR: les sénatoriales, "une faiblesse du Président"

Mis à jour le 25/09/2017 à 11:30 Publié le 25/09/2017 à 11:30

Gérard Longuet, sénateur LR: les sénatoriales, "une faiblesse du Président"

Gérard Longuet, sénateur LR réélu dimanche dans la Meuse, était ce lundi matin l’invité de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Les Indés Radios. Il pointe un "problème d’image" d’Emmanuel Macron, et même "une démonstration de faiblesse du Président".

"C’est la démonstration d’une faiblesse du Président. Il n’a pas su établir de lien avec les territoires de notre pays", estime Gérard Longuet au lendemain des élections sénatoriales.

Avec 27 sièges selon les projections, La République en marche d’Emmanuel Macron perd 2 sièges. Un score en deçà des espérances de François Patriat, à la tête du groupe LREM au Sénat. "Les grands électeurs n’ont pas considéré que les trois mois de présidence de Macron justifiaient qu’ils changent d’orientation politique", explique le sénateur de la Meuse.

Et d’ajouter: "C’est un problème d‘image. C’est un homme des grandes administrations, des grands services publics de l’Etat, des grandes banques, des grandes métropoles. Et la France des villes moyennes, des petites villes et du monde rural ne s’est pas sentie comprise par ce Président".

"Le centre va jouer un rôle central dans la majorité"

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur, réélue sénatrice du Loir-et-Cher ce dimanche, était ce matin l’invitée de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Les Indés Radios. Cette proche de François Bayrou, élue Modem soutenue par LREM, se réjouit du score de l’Union centriste et tient à ce que le centre "marque son identité".

Jacqueline Gourault, ministre du gouvernement d’Emmanuel Macron ne le serait certainement plus s’il elle n’avait pas été réélue dimanche sénatrice du Loir-et-Cher. C’est ce qu’elle a confié ce matin sur Public Sénat. Mais au-delà de sa propre victoire, elle se "réjouit" du score du centre, qui obtient 51 sièges selon les projections, contre 42 auparavant.

"Le centre doit participer à la reconstruction politique de ce pays. Nous avons voté un vœu, celui d’être indépendant et qui était un vœu qui devait être constructif vis-à-vis de la majorité, et même, pour la plupart des membres du groupe centriste, dans la majorité présidentielle", précise la ministre, qui renchérit sur le "rôle très important" que va jouer le centre "dans la majorité présidentielle".

Jacqueline Gourault tient tout de même à ce que le centre "marque son identité". Selon elle, le centre est même l’"équilibre de la vie politique française". Enfin, à la question de savoir si elle espère la création d’un groupe de "constructifs", comme l’ambitionne notamment la sénatrice LR Fabienne Keller, elle assure ne "rien" souhaiter tout en soulignant que chez les LR "il y a des gens qui étaient à l’UDF et qui donc se retrouvent dans une situation beaucoup plus proche des centristes que des LR".

Et de conclure: "Je ne sais pas comment va s’organiser la vie politique au Sénat, on entend beaucoup de bruits: qu’un groupe LR constructifs pourrait se construire, un rassemblement des radicaux, qu’il y a un certain nombre de mouvements du côté du PS… Ce que je sais c’est qu’il y a un groupe centriste qui est là, qui est fort et qui s’est élargi."


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres