“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Eric Ciotti: "Christian Estrosi a fui le débat qu'il devait aux militants LR"

"100 millions d'euros d'excédents de budget" à Monaco, d'après le président de l...

"Ils l'ont dit" : les déclarations des différents conseillers nationaux lors de ...

Stéphane Valeri assure que le Conseil national est "partenaire" du gouvernement

CHPG, îlot Pasteur, Jardins d'Apolline..., le ministre des Finances, Jean Castel...

George Weah, un enfant du ghetto qui a "grandi à Monaco"

Mis à jour le 21/01/2018 à 20:40 Publié le 21/01/2018 à 20:39
Le 8 juin 1991, l’ASMde Wenger décroche sa 5e Coupe de France contre l’OM (1-0).

Le 8 juin 1991, l’ASMde Wenger décroche sa 5e Coupe de France contre l’OM (1-0). Photo Collection Jean Petit

George Weah, un enfant du ghetto qui a "grandi à Monaco"

Mythique attaquant de l’ASM, George Weah sera investi président du Liberia aujourd’hui. Une reconversion unique dans l’histoire du sport pour un enfant du ghetto qui a "grandi à Monaco".

Ce lundi 22 janvier, le monde aura les yeux tournés vers le Liberia et sa capitale, Monrovia. Dès 9h45, un 25e président pas comme les autres prêtera serment au complexe sportif Samuel-Kanyon-Doe.

Enfant du bidonville de Clara Town, "Mister George" va devenir "Mister President". George Weah, 51 ans, premier Ballon d’or africain (1995) de l’histoire du foot et légende de l’AS Monaco où il a "grandi", selon ses propres termes, sous les ordres de Jean-Louis Campora et d’Arsène Wenger.

Entre 1988 et 1992, le véloce n° 9 plante 66 buts en 149 matchs. Sur le pré comme à la ville, impossible de passer à côté du phénomène.Ses slaloms balle au pied interpellent autant que ses sorties au volant de sa Chrysler Le Baron couleur framboise.

"On parle toujours de Paris et de Milan. Ca m’énerve un peu parce qu’on oublie que son histoire a commencé à Monaco", rappelle son ex-coéquipier, Jean-Luc Ettori.

Une histoire débutée par un transfert d’un million de francs...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct