“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Favori de la présidentielle au Libéria, l'ancien joueur de l'AS Monaco George Weah devra attendre

Mis à jour le 10/11/2017 à 15:32 Publié le 10/11/2017 à 15:25
George Weah est favori du second tour au Libéria.

George Weah est favori du second tour au Libéria. Photo AFP

Favori de la présidentielle au Libéria, l'ancien joueur de l'AS Monaco George Weah devra attendre

Le sénateur George Weah, légende du football africain, et le vice-président Joseph Boakai devait s'affronter ce mardi au second tour de la présidentielle au Liberia. Mais l'ancien attaquant monégasque, favori des sondages, devra attendre. L'élection présidentielle a été "suspendue" par la Cour suprême.

George Weah, 51 ans, et Joseph Boakai, 72 ans, devaient s'affronter pour le second tour de la présidentielle au Liberia, la plus ancienne république d'Afrique. Ce duel n'aura pas lieu. Du moins pas tout de suite.

Un recours de l'opposition 

La Cour suprême a suspendu l'élection du nouveau président libérien, en ordonnant à la Commission électorale nationale (NEC) d'examiner un recours d'un parti d'opposition. Complexes, les procédures judiciaires pourraient prendre plusieurs semaines, même si la Cour suprême a enjoint la commission électorale d'agir au plus vite.

Les plus de deux millions d'électeurs, qui étaient appelés aux urnes mardi pour départager le sénateur et ex-star du foot George Weah et le vice-président sortant, Joseph Boakai, arrivés largement en tête lors du premier tour le 10 octobre, devront donc encore patienter pour désigner le successeur de la présidente Ellen Johnson Sirleaf.

"la volonté du peuple libérien était claire"

La décision de la Cour suprême, attendue, fait néanmoins peser de nouvelles incertitudes sur la première transition démocratique depuis des décennies dans ce petit pays anglophone d'Afrique de l'Ouest, l'un des plus pauvres au monde.

La Coalition pour le changement démocratique (CDC) de George Weah, qui avait remporté 38,4% des voix au premier tour, a "pris connaissance de la décision", a déclaré son avocat, Phil Tarpeh Dixon.
"Nous ne pensons pas que ces élections étaient parfaites (...) mais nous pensons que la volonté du peuple libérien était claire et qu'elle était favorable au CDC", a-t-il ajouté, alors que Joseph Boakai a obtenu 28,8% des voix.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres