“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Coup de pouce aux retraités: "Ça sent le bricolage" selon Éric Coquerel

Emmanuel et Brigitte Macron ont quitté le Fort de Brégançon

Mis à jour le 13/05/2018 à 21:45 Publié le 13/05/2018 à 21:41
Le départ du convoi présidentiel dimanche soir.

Le départ du convoi présidentiel dimanche soir. Photo Luc Boutria

Emmanuel et Brigitte Macron ont quitté le Fort de Brégançon

Emmanuel Macron et son épouse, en séjour privé au Fort de Brégançon pour le week-end de l'Ascension, ont quitté la résidence présidentielle varoise ce dimanche soir à 21 heures.

Escorté par les gendarmes de l’escadron départemental de sécurité routière du Var, le convoi présidentiel devait rallier l’aéroport de Hyères.

Rien n’a filtré de l’emploi du temps du couple pour sa dernière journée dans le département. Une "visite privée", dans l’après-midi, a simplement été évoquée.

Le chef de l’Etat était arrivé dans le Var en fin de journée de jeudi.

De retour cet été?

Le couple s’est tenu à distance des journalistes tout au long de ce week-end prolongé, au cours duquel ils se sont rendus sur l’île de Porquerolles.

>> RELIRE. Un couple de Varois reçu par le couple Macron au Fort de Brégançon

Emmanuel et Brigitte Macron pourraient faire leur retour à Brégançon pour leurs vacances d’été, mais ce choix n’est pas encore arrêté, tempère-t-on du côté de l’Elysée.


La suite du direct