“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Lucas, Bouglione : même combat

Coup de pouce aux retraités: "Ça sent le bricolage" selon Éric Coquerel

C'est la loi, le conseil municipal doit évoquer les actions entreprises à la suite du rapport de la Cour des comptes.

Gestion des comptes : match retour à Villefranche-sur-Mer

Les discours se sont tenus au Palais de l'Europe.

J.-C. Guibal : ode au corps militaire

Eric Ciotti: "Christian Estrosi a fui le débat qu'il devait aux militants LR"

Christophe Barbier à Monaco: "Cette présidentielle est un drame shakespearien"

Mis à jour le 13/03/2017 à 11:05 Publié le 13/03/2017 à 07:50
Christophe Barbier à Monaco.

Christophe Barbier à Monaco. Photo JFO

Christophe Barbier à Monaco: "Cette présidentielle est un drame shakespearien"

Christophe Barbier, le journaliste à l'écharpe rouge, éditorialiste à "L'Express", tout le monde connaît. En revanche, Christophe Barbier le comédien, passionné par le théâtre, un peu moins.

Ce week-end, le journaliste a délaissé la politique pour se consacrer à la vraie passion de sa vie. Il s'est produit sur la scène du théâtre des Muses, à Monaco.
 
Mais forcément, quand nous l'avons rencontré, nous lui avons aussi fait parler de politique.
 
Dans un long entretien à paraître ce lundi dans Monaco-Matin et Nice-Matin édition Menton, Christophe Barbier considère que la campagne présidentielle est "un drame shakespearien car il y a tout: des moments risibles, grotesques, inquiétants, violents même, touchants, émouvants comme les adieux de Sarkozy ou Hollande qui se retire".
 
Cet observateur avisé de la vie politique française estime aussi, toujours à propos de l'élection présidentielle, que "tout est possible" car, "plus que jamais, les Français vont choisir jusqu’à la dernière minute leur vote".
 

La suite du direct