“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'équipe du conservatoire attend anciens et nouveaux élèves dans le palais de May.	(A.P.-B.)

Beaulieu : le conservatoire vise une rentrée sereine

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Campagne électorale, concurrents, Gouvernement... Les petites phrases à retenir du premier meeting d'Horizon Monaco

Mis à jour le 05/12/2017 à 10:38 Publié le 05/12/2017 à 10:36
Béatrice Fresko-Rolfo, tête de liste Horizon Monaco.

Béatrice Fresko-Rolfo, tête de liste Horizon Monaco. Photo J.-S. G.-A.

Campagne électorale, concurrents, Gouvernement... Les petites phrases à retenir du premier meeting d'Horizon Monaco

Pour son premier meeting hier soir, le groupe politique Horizon Monaco a présenté 18 candidats de sa liste pour les élections nationales. Menés par Béatrice Fresko-Rolfo, les candidats n'ont pas répondu à la proposition d’alliance lancée par Union Monégasque. Mais on quand même joué le jeu des petites phrases...

Pour leur premier meeting de campagne, autour de la tête de liste Béatrice Fresko-Rolfo, le groupe Horizon Monaco dévoile ce lundi soir 18 candidats qui composent l’équipe engagée pour les élections nationales, devant une salle remplie par quelques 350 sympathisants au théâtre des Variétés.

>> LIRE AUSSI. La liste Horizon Monaco dévoile ses premiers candidats pour les élections nationales

Voici les punchlines de la soirée...

Sur une ÉLECTION jouée d'avance

Élodie Kern: "En venant si nombreux vous envoyez un message limpide à ceux qui croient que tout est gagné d’avance."

Sur la tour administrative à l’îlot CharlesIII 

Christian Barilaro: "La tour administrative que l’on vous promet à l’îlot Charles III est inscrite depuis 2016. C’est nous qui l’avons voté."

sur les ordonnances souveraines

Cyril Durand: "Les candidats mécontents des ordonnances souveraines acceptent les décisions du Prince ou ils ne se présentent pas."

Sur la relation gouvernement-conseil national

Christian Barilaro: "Le gouvernement princier n’est pas responsable devant le conseil national. C’est le gouvernement du Prince."

Claude Boisson: "Cette assemblée est trop digne pour se permettre de siffler le gouvernement comme cela a été fait dans un autre meeting."

Béatrice Fresko-Rolfo: "A en écouter certains, Monaco serait un enfer. Dante lui-même ne s’y retrouverait pas. Nos compatriotes seraient victimes matin, midi, et soir du gouvernement. Eh bien non. Le gouvernement est un partenaire institutionnel."

Sur les chantiers

Jean-François Riehl: "L’État doit anticiper une meilleure coordination des chantiers. Il le doit et il le peut. Pour le public comme le privé."

sur la méritocratie des fonctionnaires

Claude Boisson: "Pour les fonctionnaires aussi, travailler plus, et mieux, c’est gagner plus. Béatrice a inventé la méritocratie à la monégasque. Bravo!"

sur le budget de l'éducation

Jean-Christophe Pagès: "On est au 179e rang mondial pour l’investissement dans l’éducation. Entre la République du Congo et la Somalie. Ça nous laisse une marge d’évolution."

sur la campagne électorale

Béatrice Fresko-Rolfo: "Si vous voulez entendre des histoires, il faut aller à d’autres meetings: elles sont bien écrites et donnent des frissons dans le dos. Mais voilà: ce sont des histoires."

sur l'engagement des candidats

Christophe Spiliotis: "Béatrice, je sais que tu ne déserteras pas la présidence au bout de deux ans pour servir d’autres ambitions, comme un ancien président qui a abandonné un Conseil national en flammes en 2010, après avoir planté dans le dos des Monégasques la tour Odéon."


La suite du direct