“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Coup de pouce aux retraités: "Ça sent le bricolage" selon Éric Coquerel

C'était l'angoisse, il y

Mis à jour le 17/03/2017 à 05:14 Publié le 17/03/2017 à 05:14

C'était l'angoisse, il y

Le proviseur de l'établissement, Hervé Pizzinat, a fait preuve d'un grand courage en faisant face au tireur pour tenter de le raisonner. En vain. Le chef d'établissement a été blessé par balle

De la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, au procureur de la République de Grasse, Fabienne Atzori, en passant par les élus locaux, Christian Estrosi et Éric Ciotti notamment, qui veulent que lui soit attribuée « une distinction nationale », tous soulignent « le courage » dont a fait preuve Hervé Pizzinat. Le proviseur du lycée Alexis-de-Tocqueville, alerté par ses élèves, ne s'est pas contenté...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct