“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Coup de pouce aux retraités: "Ça sent le bricolage" selon Éric Coquerel

Avec la reprise des expéditions scientifiques, le prince Albert-II espère "contribuer à une large prise de conscience"

Mis à jour le 05/04/2017 à 08:07 Publié le 05/04/2017 à 08:06
Le prince Albert-II

Le prince Albert-II Photo C.D.

Avec la reprise des expéditions scientifiques, le prince Albert-II espère "contribuer à une large prise de conscience"

Au cours d’un entretien dans les jardins du Palais princier, le souverain a évoqué sa volonté de relancer des expéditions scientifiques sous l’étendard monégasque et de prendre part à certaines missions.

Quelle a été la genèse de ces explorations scientifiques de Monaco qui seront lancées à partir du mois de septembre?
La genèse, c’est une discussion avec Robert Calcagno, Bernard Fautrier et François Fiat. Ce dernier, armateur du Yersin, avait l’intention de mettre son navire à disposition pour des expéditions scientifiques. C’est un formidable vaisseau et ses propriétaires sont des gens merveilleux, membres du Yacht-club et qui aiment la Principauté. Forts de leur proposition, nous avons voulu mettre l’accent sur des lieux sensibles de la planète.

Ces expéditions s’inscrivent dans une certaine tradition monégasque initiée par le prince Albert Ier et le commandant Cousteau notamment?
Bien sûr et c’est ce qui me plaît dans ce projet. C’est une inspiration, mais je ne suis ni le prince Albert Ier, ni le commandant Cousteau (rires). Le premier nous a montré la voie, le second a mis le doigt sur les problèmes de protection de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct